Pratico-pratique · Vendredi 27 mai 2016

5 façons d’apprivoiser l’échec

Pratico-pratique

On s’y heurte, on le surmonte, il nous fait prendre des détours : l’échec est intimement lié à la démarche entrepreneuriale. Pourtant, si peu de gens en parlent, tous le craignent. Longtemps tabou, l’échec est désormais un sujet de conversation à la mode. À l’image de ce que propose le Fail Camp, échouer a ses vertus. Faillite, carnet de commandes vide, baisse de performance : les erreurs et les insuccès sont une riche source d’apprentissage.  Apprenez à apprivoiser votre échec et à le valoriser.

Parlez-en!

Il faut maîtriser son appréhension, reconnaître sa peur de l’échec et la surmonter. Repérer l’origine du revers, c’est s’assurer d’un meilleur avenir et se prémunir contre de nouvelles difficultés. Qu’est-ce qui a provoqué l’échec? Qu’est-ce qui n’a pas bien marché? Que faire pour s’améliorer?

L’échec est une partie intégrante de l’aventure entrepreneuriale et il doit le rester. Entreprendre, c’est aussi apprendre à se tromper.

Échouez pour avancer

Joseph Schumpeter l’a théorisé, vous l’expérimentez : il faut croire que le chaos engendrera la croissance. Pour surmonter l’échec, il faut chercher des solutions et innover, car le progrès découle de l’innovation. Il s’agit d’observer les échecs des acteurs de son industrie, de se renseigner sur ce qu’ils font mal pour tenter d’éviter les mêmes écueils.

Thomas Edison a écrit : « Mes erreurs aujourd’hui seront mes brevets demain. » Entreprendre, c’est innover dans l’échec.

Inspirez-vous en participant à des Fail Camp

À mesure que l’échec s’institutionnalise, on voit s’organiser des événements qui lui sont entièrement dédiés. Pensons au mouvement des Fuckup Nights où l’on disserte sur l’échec autour d’un verre et aux conférences itinérantes FailCon

Le Fail Camp québécois est ainsi devenu un rendez-vous incontournable qui présente l’échec sous plusieurs formes, qu’on soit un capital-risqueur face à la faillite ou une rédactrice en chef confrontée aux coquilles sur la une. Le Fail Camp milite pour un droit à l’échec en légitimant l’erreur. Lancé à Montréal il y a quatre ans, l’événement a fait escale pour la première fois à Québec le 29 janvier 2016.

Entreprendre, c’est mieux se préparer face à l’échec.

Cultivez votre résilience

L’une des qualités premières d’un entrepreneur est sa capacité à rebondir et à faire face au changement. Être tenace et fidèle à ses convictions tout en étant capable de s’adapter à toutes les situations, voilà les valeurs auxquelles l’entrepreneur doit rester attaché.

La résilience fait l’objet d’étude au sein d’universités prestigieuses. Ainsi, le Resilience project de l’université Stanford propose un évènement, Stanford, I screwed up durant lequel les étudiants sont invités à surmonter leurs échecs en s’exprimant devant un public.

Entreprendre, c’est s’adapter face au changement.

Valorisez les leçons de vos échecs

Chacun des succès que l’on obtient est souvent la somme de réussites et d’échecs. Bien qu’il devienne plus acceptable dans le discours public, l’échec n’est pas toujours valorisé. Sachez faire la distinction entre le bon et le mauvais échec en mesurant sa portée. L’échec que vous pourriez éventuellement essuyer en lançant votre entreprise aura-t-il une plus grande incidence sur votre vie que le regret de ne pas vous être lancé en affaires?

En s’intéressant à l’échec, on s’intéresse forcément à la réussite, but ultime de l’entrepreneur. Entreprendre, c’est faire de l’échec un atout.

Fail Camp en chiffres


  • 200 000 : le nombre de personnes jointes chaque année avec les réseaux sociaux
  • 4 : le nombre de pays où Fail Camp pourrait s’exporter (Thaïlande, France, Suisse et États-Unis)
  • 2008 : la date du premier Fail Camp qui eut lieu à Philadelphie
  • 2011 : la date du premier Fail Camp au Québec

Fail Awards selon Francis Gosselin, responsable des contenus du Fail Camp

Un livre?

The origin of wealth de Eric Beinhocker. L’auteur y aborde l’aspect systématique de l’expérimentation et donc la possibilité de l’erreur.

Une personnalité?

Elon Musk. Il doit faire face à l’échec dans chacune de ses entreprises. Chaque fois qu’il tombe, c’est pour mieux se relever. Il incarne la nature extraordinaire de l’entrepreneuriat.


Envie d’en savoir plus?

Visitez le site Web de Fail Camp.


je passe à l'action

À NE PAS MANQUER