Pratico-pratique · Jeudi 8 juin 2017

Faire durer la passion… avec son entreprise

Pratico-pratique

Contenu présenté par

Comment rester passionné par son projet d’entreprise au fil des années ? Nathalie Kerbrat, ancienne secrétaire de direction et agente immobilière, nous parle de son amour pour l’agriculture et de comment elle en a fait un métier… qui la passionne.

Cette mère monoparentale élève du sanglier, des lapins et des volailles, cultive des petits fruits et des légumes, transforme l'eau d'érable en produits diversifiés, concocte des épices gourmandes et reçoit des groupes pour des repas champêtres cuisinés et servis sur place... à longueur d'année!

Nathalie Kerbrat, elle, a trouvé sa voie en agriculture, dans une ferme diversifiée aux défis nombreux. «La nature est dure, mais elle est juste. Et elle te donne une énergie extraordinaire, justifie celle qui célébrera bientôt 55 printemps. Mon engagement est total, mais il me procure aussi une satisfaction totale.»

Créer son gagne-pain

Depuis 2006, son entreprise, c'est l'Érablière du Sanglier, un nom plutôt réducteur étant donné les multiples productions que Nathalie Kerbrat embrasse chaque jour. «La diversification, ça peut être étourdissant par la somme de tâches quotidiennes, mais la spécialisation a aussi un prix si ça va mal dans une production, autant techniquement qu'économiquement.» 

Cette année, elle expérimente ses propres éclosions et veut mettre davantage en pratique les enseignements de la permaculture, qui vise à créer un système de production à l'image de la nature : autonome, durable, résiliente et économe.

Choisir un mode de vie

Seule personne sur la liste de paye, Nathalie doit voir et pourvoir à tout, «de la cuisine au marchandisage, de l'élevage à la transformation alimentaire, de la création à la réalisation», comme elle l'a si bien phrasé dans son dossier de candidature pour le titre d'Agricultrice de l'année. 

Avec l'aide de parents, d'amis, de son conjoint et de sa fille Justine, étudiante en gestion et technologie d'entreprise agricole, Nathalie Kerbrat reçoit chaque année environ 2000 personnes à la ferme. «J'ai choisi un mode de vie exceptionnel et un rythme de vie assez particulier, mais j'essaie de prendre le temps de profiter de la vie, de la piscine, du spa. J'y "travaille" encore beaucoup!»

Cliquez ici pour en savoir plus

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER