Histoires d'entrepreneurs · Mercredi 10 janvier 2018

PopupCamp : la halte-garderie de tous les possibles

L’histoire de Geneviève Bégin

Geneviève Bégin ne voulait pas avoir à choisir entre sa carrière et sa famille. C’est pourquoi elle a fondé PopupCamp, une halte-garde mobile événementielle qui favorise les rapprochements entre les parents et leurs enfants, l’implication citoyenne ainsi que la conciliation travail-vie personnelle. 

Terminer une maîtrise en administration des affaires est une chose; le faire tout en étant une jeune mère en est une autre. C’est pourtant le tour de force qu’a accompli Geneviève Bégin, cofondatrice et présidente-directrice générale de PopupCamp, un service de halte-garderie mobile inédit au Québec. Non sans peine, toutefois.

« J’emmenais systématiquement ma fille à des activités de réseautage ou à des conférences durant mon MBA. Même si j’étais heureuse qu’elle puisse connaître mon quotidien, je ne captais peut-être que 10 % de ce qui se disait », raconte la chef de famille monoparentale, qui est retournée sur les bancs de l’école après avoir travaillé à son compte comme photographe. L’absence de plusieurs de ses collègues de classe, surtout des femmes, lors de ces événements l’a alors frappée. « Elles ne pouvaient enrichir les conversations puisqu’elles étaient absentes. C’était une pure perte », estime-t-elle.

Vers la fin de ses études à HEC Montréal en 2014, la jeune trentenaire participe coup sur coup à deux événements Startup Weekend. Elle y rencontre Mélyan Vézina, avec laquelle elle développe l’idée de ce qui deviendra un jour PopupCamp. « À l’origine, nous voulions lancer un service de garderie à la Uber, se souvient Geneviève Bégin. Évidemment, cela ne fonctionnait pas : on ne pouvait pas demander à une gardienne de 12 ans de s’occuper de plusieurs enfants à la fois! » De ces premières ébauches restera néanmoins l’idée de centraliser le service de gardiennage plutôt que de laisser les parents en assumer seuls le fardeau. 

Consultez aussi : Déclic : développer le plein potentiel des enfants 

Activités thématiques

PopupCamp naît finalement au début de l’année 2015. Le concept : offrir un service de garderie qui se greffe à des événements vers lesquels les jeunes parents de 30 à 45 ans convergent. Son premier contrat, en mars de la même année, confirme que l’entreprise comble un réel besoin. « Pour l’organisateur, nous embaucher représente des frais parmi tant d’autres, comme le buffet ou le vin. Par contre, cela lui permet de joindre une clientèle qui, autrement, ne pourrait jamais se présenter à son événement », explique Geneviève Bégin.

PopupCamp essaie de rapprocher les parents des enfants par l’entremise d’activités thématiques propres aux événements. Par exemple, durant une pièce de théâtre à laquelle les adultes assistent, leur progéniture pourrait être initiée à cet art par des jeux de rôles.

« On ne fait pas juste s’occuper des enfants, on veut les éduquer en même temps. Ces ateliers leur permettent de mieux comprendre leur environnement et d’amorcer un dialogue avec leurs parents. »

Pour animer ses haltes-garderies mobiles, Geneviève recourt à des éducateurs sur appel — l’entreprise fonctionne tout de même jusqu’à 20 heures par jour, tous les jours de la semaine. Dans le lot, on compte certes des éducateurs de la petite enfance, mais aussi des enseignants du secondaire et des étudiants de 18 à 60 ans.

Entreprise sociale

Trois ans après ses débuts, PopupCamp déborde de ses créneaux originaux, soit les 5 à 7, les conférences et les occasions de développement professionnel. Désormais, on fait appel aux services de la halte-garderie mobile lors de marathons, de mariages, de funérailles et même d’événements politiques. « Depuis un peu plus d’un an, nous sommes présents à tous les conseils de la Ville de Montréal. Nous favorisons l’implication citoyenne en permettant à des conseillers de représenter leurs concitoyens et électeurs, ce n’est pas rien! », se réjouit Geneviève Bégin. 

Grâce à son concept qui « se met à toutes les sauces », l’entrepreneure rêve secrètement de régler l’éternel problème de la conciliation travail-vie personnelle. « PopupCamp permet aux femmes d’être plus présentes sur le marché du travail sans avoir à renoncer à la famille. Nous sommes plus qu’une entreprise privée : nous offrons un service à la communauté », conclut celle qui se dit ouvertement féministe.

PopupCamp en chiffres

30 : le nombre d’employés

95 : le nombre d’événements auxquels PopupCamp a participé en 2017

125 000 : le chiffre d’affaires en dollars canadiens de PopupCamp dans la dernière année

Envie d’en savoir plus?

Visitez le site Web de PopupCamp

 

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER