Histoires d'entrepreneurs · Jeudi 22 décembre 2016

AnimaPlus : créer une entreprise à son image

L’histoire de Sarah Annie Guénette

 

L’idée de créer une entreprise à son image était déjà depuis longtemps ancrée dans l’esprit de Sarah Annie Guénette lorsqu’elle a cofondé, avec Mathieu Doyon, le Groupe vétérinaire AnimaPlus en 2006.


À l’époque, la jeune diplômée en médecine vétérinaire cumulait depuis plusieurs années les remplacements dans des cliniques vétérinaires. Cette expérience lui a permis de constater les bonnes pratiques à adopter et les erreurs à éviter.

En 2006, les deux partenaires d’affaires ont acheté, sur la Rive-Sud de Montréal, un premier hôpital vétérinaire spécialisé dans les soins pour animaux exotiques. Ils l’ont ouvert aux petits animaux domestiques, comme les chats et les chiens, en 2009. Aujourd’hui, AnimaPlus regroupe 11 établissements.

« L’idée de construire un empire a toujours été claire dans ma tête, indique-t-elle. Petite, j’étais déjà une leader. Je montais des spectacles, j’organisais des sorties… Je me rendais compte de l’influence que j’exerçais autour de moi. »

L’union fait la force

Sarah Annie Guénette aurait pu se lancer en affaires dans le monde des chiffres ou du droit comme le reste de sa famille, mais c’est dans le secteur de la santé animale qu’elle a trouvé sa voie. « Enfant, j’avais toujours une trousse de premiers secours pour traiter les bobos des uns et des autres, explique celle qui se considère comme une soignante dans l’âme. Et, j’ai toujours entretenu un lien spécial avec les animaux, que je comprends souvent mieux que les êtres humains. »

 Le déclic s’est produit chez elle après qu’elle eut décelé un sentiment d’isolement chez les propriétaires des cliniques dans lesquelles elle a effectué ses remplacements. « Souvent, les médecins vétérinaires sont plus doués pour le relationnel que pour les affaires et pour la gestion », fait-elle remarquer.

Pour combler cette lacune, elle a donc décidé de créer un groupe vétérinaire axé sur la notion d’entraide. « On rachète toujours deux ou trois hôpitaux dans une même région afin qu’ils puissent se soutenir, précise-t-elle. Le fait qu’on forme une famille fait notre force. »

 Le siège social, établi à Montréal, centralise la gestion des ressources humaines, des paies, des partenariats ou encore des finances. Le regroupement permet de recruter des personnes spécialisées en gestion ou en marketing et ainsi de bénéficier de leurs compétences. De leur côté, les médecins peuvent ainsi consacrer plus de temps à soigner les animaux.

Tous les deux mois, un conseil de médecins se réunit afin d’assurer une prise de décision démocratique et la cohérence de la vision de l’entreprise.

«Faire asseoir des vétérinaires pendant quatre heures a un coût, admet-elle. D’ailleurs, nous sommes les seuls à le faire, mais c’est fondamental.»

— Sarah Annie Guénette

Une entreprise à son image

Dès le départ, l’entrepreneure nourrissait également l’ambition de créer une entreprise qui lui ressemblerait et au sein de laquelle aimer les animaux serait aussi important que les guérir.

Constatant que l’univers vétérinaire s’était massivement féminisé, tant du côté des soignants que des clients, elle trouvait également essentiel de développer une approche de la clientèle et des ressources humaines reflétant cette évolution. « Les femmes composent plus de 80 % de notre personnel. Alors, mettre en place des processus permettant aux employées de concilier carrière et vie de famille fait partie de mes responsabilités. »

Ce double souci de conjuguer la pratique vétérinaire au féminin et de favoriser le bien-être de ceux se trouvant aux deux bouts de la laisse se concrétise à travers une expérience client totalement repensée.

Chez AnimaPlus, les clients et leurs compagnons à quatre pattes sont accueillis dans une boutique-café, où une atmosphère relaxante, des barres tendres et des croquettes pour animaux les attendent.

Autre volonté de Sarah Annie Guénette : rendre la médecine vétérinaire plus fun. « La plupart des soins relèvent de la prévention, alors pourquoi ne pas en profiter pour s’amuser? », se demande celle dont l’entreprise participe à des défilés de mode canine ou à des croisières pour chiens.

Dix ans après ses débuts dans les affaires, Sarah Annie Guénette a le sentiment d’avoir mis au point une recette « intéressante et gagnante » qu’elle ambitionne de proposer à tout le pays. Si elle espère voir au moins doubler le nombre d’établissements AnimaPlus au Québec, elle compte aussi percer le marché ontarien en commençant par installer des hôpitaux vétérinaires à Ottawa. Elle rêve de voir son entreprise étendre ses activités jusqu’à Vancouver et dans les Maritimes.

L’entreprise en chiffres

170 : nombre d'employés, dont une quarantaine de médecins
11 : nombre d’établissements vétérinaires détenus actuellement par AnimaPlus 
25 – 30 : le nombre d’établissements qu’AnimaPlus désire posséder au Québec d'ici 5 ans

Depuis la parution de cet article, Dre Sarah Annie Guénette n’est plus à la tête d’AnimaPlus.

  

Envie d’en savoir plus?

Consultez le site Web d’AnimaPlus

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER