Histoires d'entrepreneurs

Biodélices : érable généalogique, L’histoire de Serge et François Dubois

Biodélices : érable généalogique

L’histoire de Serge et François Dubois

Serge Dubois n’était encore qu’un bambin lorsque son père, ses oncles et son grand-père ont acheté une érablière. Quelque 30 ans plus tard, l’enfant devenu adulte en a pris la relève et la dirige avec son cousin François. L’entreprise de produits de l’érable Biodélices remporte un vif succès un peu partout sur la planète.

Pour les deux cousins qui ont toujours été inséparables, se lancer dans les affaires ensemble était tout naturel. « Nous sommes complices depuis toujours, lance Serge Dubois. J’ai des souvenirs de François et moi, tout petits, qui nous amusions à glisser sur les pentes de l’érablière et qui aidions nos pères à entretenir le terrain. »

Les années ont passé, mais leur passion pour l’acériculture ne s’étant jamais éteinte, les cousins démarrent Biodélices en 2007. « J’ai étudié en génie électrique et François, en comptabilité. Nous commencions à fonder nos familles et nous voulions nous créer un emploi qui ne nuirait pas à notre qualité de vie. »

Ils font l’acquisition en parts égales d’un petit local à Thetford Mines, puis ils se lancent dans la fabrication de sirop, de sucre, de gelée et de fondant d’érable biologiques haut de gamme. « Nous n’utilisons que nos meilleurs barils d’eau d’érable et nous optons pour une longue cuisson pour donner à notre sirop une onctuosité à l’ancienne, qui s’apparente à celle du caramel. » De même, ils boudent les emballages de plastique, leur préférant de loin ceux en verre qui préservent le produit sans en altérer le goût.

Se faire un nom

Serge Dubois comprend vite que, pour remporter la mise dans un marché déjà saturé, il lui faudra séduire les épiciers des quatre coins de la province.

« Pour moi, la meilleure façon de développer notre réseau de distribution, c’était de débarquer chez les marchands afin de leur faire goûter nos produits un à un et de les amener à constater par eux-mêmes la différence entre notre marque et les autres. »

Rusé, l’entrepreneur crée également des produits destinés aux touristes, qu’il vend dans les magasins de souvenirs du Vieux-Québec, du Vieux-Montréal et de Niagara Falls, ainsi que dans les boutiques hors taxes. Sa méthode fait mouche : l’été, saison touristique par excellence, devient rapidement la période de l’année la plus rentable pour Biodélices. « On vend encore plus de produits que pendant le temps des sucres! », souligne-t-il en rigolant.

Une croissance exponentielle

Les produits Biodélices ont acquis une réputation si prestigieuse qu’ils comptent parmi les cadeaux offerts aux dignitaires qui séjournent au pays. (Selon la rumeur, Nicolas Sarkozy et Barack Obama en auraient reçu!) Ils sont en outre désormais vendus sur le Vieux Continent. « Avec l’aide d’un maître chocolatier français, nous avons adapté nos produits au marché européen. Je m’y rends personnellement toutes les six semaines pour veiller à la progression de l’entreprise. » 

Un clan tissé serré

La famille Dubois est encore aujourd’hui le cœur de Biodélices. « Mes parents travaillent à l’assemblage des commandes spéciales, tandis que ceux de François administrent notre cabane à sucre. Ma sœur, deux tantes et une cousine travaillent aussi avec nous. Notre famille constitue une grande partie de notre personnel, et nous sommes chanceux de pouvoir compter sur elle. Nous sommes aussi fiers de pouvoir dire qu’en plus de 10 ans, personne ne nous a encore présenté sa démission! »

Forts de leur succès, les cousins tiennent en outre à redonner à la communauté. Ainsi, c’est avec un plaisir évident que Serge Dubois prend part à des concours d’entrepreneuriat régionaux à titre de juge ou qu’il visite des écoles primaires et secondaires afin de parler de son métier avec des jeunes. 

Puis, quand revient le temps des sucres, les petits mousses des cousins Dubois (Serge a quatre enfants âgés de 4 à 11 ans et François, trois qui ont de 5 à 10 ans) se forgent de précieux souvenirs dans l’érablière en mettant à leur tour la main à la pâte. « Parvenir à diriger l’entreprise tout en demeurant présents auprès de nos enfants, c’est assurément notre plus grande fierté », conclut Serge Dubois. 

Biodélices en chiffres

300 : le nombre de points de vente au Canada

1 500 : le nombre de points de vente en Europe

20 : le nombre de pays où l’on trouve les produits Biodélices

18 : le nombre actuel d’employés, dont 8 sont membres de la famille Dubois. 

Envie d’en savoir plus?

Visitez le site Web de Biodélices.

Crédits Photo: Martin Blache, MAPAQ

À l'agenda