Pratico-pratique · Lundi 2 mai 2016

Acheter une entreprise : une bonne idée pour se lancer en affaires ?

Pratico-pratique

Contenu présenté par

De nombreux cédants, faute de relève familiale, recherchent une personne qui portera à leur tour le flambeau de l’entreprise qu’ils ont mis des années à bâtir. Pour un entrepreneur, acheter une entreprise plutôt que la créer s’avère être une option intéressante qui permet de démarrer avec un réseau, des clients, des employés, tout en se concentrant sur d’autres aspects comme le développement et le rendement. Comment trouve-t-on une entreprise à acheter? Quelles sont les étapes à suivre afin de limiter les risques ?

Se lancer en affaires en achetant une entreprise au lieu d’en démarrer une nouvelle est une très bonne idée, selon Hugo Francoeur, directeur, équipe formation, chez SAJE Accompagnateur d’entrepreneurs, un organisme qui offre des services-conseils, du coaching et de la formation. « C’est statistiquement moins risqué, assure-t-il. Notamment parce qu’on peut s’appuyer sur un historique financier réel pour faire ses prévisions et son analyse stratégique. »

Beaucoup d’avantages

Acheter une société en activité réduit également ce qu’on appelle la phase d’apprentissage. « Un entrepreneur qui part de zéro doit se faire connaître des clients et des fournisseurs. Lorsque ce réseau existe depuis longtemps, le lien de confiance est tissé et les partenaires continuent à soutenir l’entreprise parce qu’ils font déjà des affaires avec elle », indique Micheline Renault, CPA Auditeur CA, professeur au Département des sciences comptables de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal. Cela facilite aussi la période d’initiation, car l’organisation existante dispose d’un approvisionnement continu d’encaisse, et par conséquent, de liquidités. « L’entrepreneur peut donc se familiariser avec la gestion dans un contexte plus favorable », ajoute Mme Renault.

Les étapes à suivre

Pour réussir le rachat, il est préférable de suivre un certain nombre d’étapes. Tout commence par le choix de la bonne entreprise. On peut consulter des répertoires d’affaires à vendre, par exemple l’Index du Centre de transfert d’entreprise du Québec. Cet organisme offre aussi de la formation et accompagne les entrepreneurs dans leurs démarches.

Si le propriétaire est effectivement intéressé à se départir de son entreprise, on signe avec lui une lettre d’intention et une entente de confidentialité pour avoir accès aux livres de la société. On procède alors à une vérification diligente des états financiers et de tous les documents fiscaux et légaux. À cette étape, comptable, expert en évaluation d’entreprise et avocat entrent généralement en scène.

Envie de connaître les étapes suivantes?

Consultez l’article complet sur le site Jecomprends.ca de la Banque Nationale

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER