Histoires d'entrepreneurs

Vegeat: un succès (sans) bœuf, L’histoire de François Cardinal

Vegeat: un succès (sans) bœuf

L’histoire de François Cardinal

Après avoir travaillé pendant de nombreuses années dans les secteurs de la restauration et de l’agroalimentaire, François Cardinal a décidé de suivre son instinct et de se lancer dans les affaires pour concevoir, puis commercialiser ses propres produits de protéines végétales en fondant Vegeat.

François Cardinal a entrepris son parcours dans le domaine de l’alimentation tandis qu’il était très jeune, inspiré par sa famille de restaurateurs. Dès l’âge de huit ans, il a commencé à prêter main-forte à son père en lavant la vaisselle au restaurant de ce dernier. Puis, il a acheté avec lui un premier établissement à 17 ans, et un deuxième, seul, à 18 ans. Il a ensuite acquis une machine à torréfier le café, ce qui l’a amené à fonder une autre enseigne et à réaliser, brièvement, des campagnes de financement grâce à son café.

Fatigué du rythme de vie imposé par toutes ces aventures, François Cardinal est allé travailler, à titre d’employé, dans le domaine de la vente, mais toujours dans le secteur de l’alimentation. Il a travaillé pour la division du détail de St-Hubert pendant cinq ans jusqu’à son acquisition par l’Ontarienne Cara en 2016. Approché par l’entreprise Fleury Michon, il s’est par la suite occupé des ventes de celle-ci en Amérique du Nord. « Comme elle avait des soucis d’approvisionnement, j’analysais le marché afin de prévoir les futures tendances et de déterminer ce qui était recherché par les consommateurs. J’ai voyagé en France, aux États-Unis et au Canada : ces voyages m’ont ouvert les yeux sur l’intérêt porté à l’alimentation à base d’aliments végétaux en dehors du Québec. »

Une idée qui mijote

La demande d’aliments végétaux aux États-Unis et en Europe a fourni matière à réflexion à François Cardinal. L’engouement pour ce type de nourriture commençait à peine à se manifester au Québec, mais il a jugé pertinent d’analyser ce filon et même proposé au géant de l’alimentation d’importer de tels produits de ce côté de l’Atlantique. 

Des changements apportés au modèle d’affaires de son employeur l’ont finalement convaincu qu’il était temps pour lui de tenter de concrétiser son idée. Ayant réfléchi au concept pendant des mois, François Cardinal a d’abord envisagé d’acheter des produits existants pour les commercialiser. Peu impressionné par l’offre ou déçu de ne pouvoir établir la provenance exacte des ingrédients de certains produits, il a rapidement décidé d’élaborer ses propres recettes. Pour ce faire, il s’est adjoint une technicienne en recherche et développement alimentaire spécialisée dans l’assemblage des saveurs et les protéines végétales. C’est ainsi que sont nés les deux premiers produits de Vegeat, la galette végétale et le haché végétal.

La recette du succès

Alors que sa recette de haché n’était même pas encore tout à fait au point, le fondateur de Vegeat Foods a décidé de participer, à la dernière minute, au concours DUX 2019 (qui récompense les meilleures innovations en matière de santé par l’alimentation). Bien lui en prit, puisqu’il a remporté le prix de la catégorie Produit en ébullition — entreprise en démarrage. Cette « extraordinaire vitrine » selon l’entrepreneur a permis d’attirer l’attention d’épiciers et d’investisseurs qui lui ont rapidement fait des offres. Peu après ce succès initial inespéré, François Cardinal a conclu une entente avec un partenaire pour distribuer ses produits partout au pays. 

François Cardinal attribue en partie son succès à l’analyse de marché rigoureuse qu’il a effectuée avant de lancer son projet, mais également à un contexte particulièrement propice et en partie inespéré. « J’ai pris une bonne décision au bon moment. Et avec l’arrivée du nouveau Guide alimentaire canadien [qui préconise la consommation d’aliments d’origine végétale], j’ai un produit qui répond à une demande soudaine du marché. Cela, je ne l’aurais pas cru six mois plus tôt. Je vis un rêve. Qui ne rêve pas d’avoir un produit qui séduit aussi rapidement? »

La touche finale

Les deux produits de Vegeat, le haché végétal et les boulettes végétales, seront lancés en juillet 2019. Pour assurer la production de ses produits, l’entrepreneur a pris le parti de travailler avec des partenaires transformateurs pour faire du coemballage. L’usine choisie, bien implantée, s’y connaît en transformation alimentaire et produit tant des aliments crus que cuits. Cette capacité a influencé la décision de François Cardinal, qui compte élargir son éventail de produits en lançant quinze nouveaux produits dans les deux années à venir. Un projet ambitieux, mais plusieurs des produits en question seront dérivés des recettes originales.

« Il faut introduire de la nouveauté dans le marché et tenir compte de l’intérêt pour ce type d’aliments. »

François Cardinal

L’entreprise, encore établie dans la résidence de son fondateur à Mirabel, sera appelée à déménager incessamment. En effet, afin de limiter raisonnablement les dépenses et de pouvoir investir un maximum dans la conception de produits, François Cardinal a privilégié des installations modestes. Il entend toutefois structurer son équipe et organiser l’espace de travail dès que les commandes commenceront à affluer d’un peu partout.

En raison des nombreuses occasions qui se présentent à l’entreprise, François Cardinal a aussi rapidement mis en place un conseil d’administration pour se faire épauler dans la prise de décisions et l’établissement des priorités. « Être entrepreneur, c’est accomplir plusieurs tâches à la fois, mais les enjeux sont tout de même de taille. C’est donc important pour moi d’avoir une structure avec des personnes sages avec qui je peux discuter des prochaines étapes afin d’assurer la pérennité et la crédibilité de l’entreprise. » 

Que tire-t-il de l’aventure à ce jour? « J’ai toujours adoré la liberté de pouvoir créer ce que j’ai en tête, affirme l’entrepreneur. Je travaille à temps plein depuis un an et demi à créer mes deux premiers produits. J’aurais eu plus de barrières à surmonter si j’avais travaillé pour quelqu’un, mais voilà : je goûte au luxe de travailler selon mes propres principes. »
 

L’entreprise en chiffres

80 : le nombre de tonnes de matière première végétale nécessaire en 2019 pour produire les produits de protéines végétales de Vegeat

3 : le nombre de personnes qui travaillent avec François Cardinal dans son entreprise

15 : le nombre de nouveaux produits qui devraient être lancés dans les deux prochaines années

 

ENVIE D’EN SAVOIR PLUS?

Visitez le site Web de Vegeat


À l'agenda