Voir plus loin · Jeudi 26 octobre 2017

Préparer son entreprise à l’intelligence artificielle

Voir plus loin

Quelles sont les possibilités offertes par l’intelligence artificielle (IA)? Que vous soyez dans le domaine de l’informatique ou dans la vente au détail, la question devrait figurer sur votre écran radar. Car, au même titre qu’Internet et le mobile, cette technologie s’apprête à transformer la manière dont on brasse des affaires. 

Preuve de l’importance de l’intelligence artificielle, l’Institut de valorisation des données (IVADO), qui regroupe professionnels et des chercheurs, a récolté plus de 200 millions de dollars en investissements, dont 4,5 millions de dollars de Google, afin de développer ce secteur prometteur!

Dans la même lignée, la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Mouvement Desjardins ont créé en octobre un fonds de 50 millions de dollars destiné à l’intelligence artificielle et aux fintechs. Des investisseurs privés injecteront également de l’argent dans le but d’élever la taille du fonds à 75 millions. Les investissements serviront en autres aux entreprises qui développent des technologies touchant le paiement, l’acquisition, l’analyse de données et les investissements.

Source : McKinsey Global Institute

« D’ici cinq à dix ans, pratiquement tous les joueurs dominants seront des entreprises qui auront mis l’intelligence artificielle au cœur de leur modèle d’affaires, croit Jean-Sébastien Cournoyer, cofondateur et associé de Real Ventures, un fonds d’investissement spécialisé en technologie. Nous demandons à toutes les startups que nous finançons de réfléchir au rôle que jouera l’IA dans leur modèle d’affaires. »

L’investisseur imagine déjà un monde où un algorithme épluchera les réseaux sociaux pour fournir en temps réel les renseignements les plus susceptibles de convaincre un client au téléphone. Il entrevoit des systèmes de sécurité capables de détecter la fraude avant même qu’elle survienne. Surtout, il perçoit une abondance d’occasions d’affaires qui n’attendent que le bon entrepreneur.

Les mots « intelligence artificielle » étant sur toutes les lèvres en ce moment, il serait facile de parler de nouveau terme à la mode.

Qu’est-ce que l’IVADO?

L’Institut de valorisation des données (IVADO) vise non seulement à accroître les connaissances dans le secteur de l’IA, mais aussi à contribuer au développement de partenariats entre les milieux universitaire et privé en facilitant les échanges et le partage de connaissances.

Tiré de l’article Visitez le site Web de l’IVADO

Cette technologie est pourtant déjà bien présente dans nos vies, note Laurent Charlin, professeur à HEC et membre de l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal, l’un des fleurons mondiaux de la recherche dans le secteur.

« La reconnaissance vocale sur nos téléphones en est un bon exemple. Google Translate aussi, même si ça ne permet pas encore de traduire des traités de philosophie. »

Consultez aussi : 6 éléments à retenir du CES

Ces technologies existent en bonne partie grâce à l’apprentissage profond, une branche de l’IA qui donne des résultats stupéfiants. L’approche repose sur des algorithmes qui analysent de gigantesques ensembles de données afin d’apprendre, avec le temps, à reconnaître, par exemple, des visages sur des images ou encore des occasions d’investissement en bourse.

Laurent Charlin, lui, met au point des systèmes de recommandation semblables à ceux qui vous suggèrent des films que vous pourriez aimer sur Netflix ou des objets que vous pourriez ajouter à votre panier sur Amazon. Plus ces algorithmes seront perfectionnés, mieux ils pourront vous proposer des séries ou des produits adaptés à vos goûts et à vos besoins.

En théorie, toute entreprise qui dispose de grands ensembles de données sur ses clients, ses employés ou ses processus peut tirer profit de l’IA. Cela nécessite toutefois des experts et, dans ce domaine naissant, ils demeurent rares.

Source : Accenture

« L’explosion des possibilités dans le domaine de l’IA a lancé une course aux talents », explique Jean-François Gagné, entrepreneur en série dont la première entreprise était déjà active dans ce secteur en 2001. Les géants mondiaux tels Google, Facebook et Microsoft se livrent une lutte sans merci pour acquérir les technologies et les meilleurs chercheurs, laissant peu de chance aux autres joueurs. 

Pour rendre la technologie plus accessible, Jean-François Gagné a donc lancé Element AI, une société qui aide les jeunes entreprises aussi bien que les grandes organisations à utiliser l’intelligence artificielle. « On travaille avec tous les grands centres de recherche canadiens afin d’offrir la meilleure expertise », souligne-t-il. Tout ce que les clients ont à faire, en quelque sorte, est de fournir des données à analyser. Mais encore faut-il en avoir…

L’accès à de grands ensembles de données limite, pour le moment, la capacité des PME à profiter de l’IA. « Ça va venir, assure Jean-François Gagné. Plus la technologie progressera, moins il faudra de données — et c’est là que les PME pourront en bénéficier. »

N’empêche, l’entrepreneur conseille à toutes les entreprises, même de petite taille, de garder cette technologie sur leur écran radar. « Grâce à l’IA, de grands joueurs qui dédaignaient des niches pourraient soudainement avoir les moyens de les exploiter à faible coût, et les PME qui s’y trouvent déjà pourraient ainsi avoir de la difficulté à survivre. On l’a vu avec Facebook et Google dans le secteur de la publicité. » 

ENVIE D’EN SAVOIR PLUS? 

Visitez le site Web d’Element AI

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER