Histoires d'entrepreneurs

Baril: une croissance qui coule de source, L’histoire de Marie-Ève Baril

Vendredi 25 octobre 2019

Baril: une croissance qui coule de source

L’histoire de Marie-Ève Baril

Chaque jour après l’école, Marie-Ève Baril et son frère rejoignaient leurs parents à leur entreprise de robinetterie. Si certains élèves du secondaire n’ont aucune idée du métier qu’ils souhaitent exercer plus tard, Marie-Ève Baril, elle, ne s’est jamais posé la question : elle savait qu’elle se lancerait un jour dans les affaires. Depuis 2009, elle est présidente de l’entreprise familiale fondée en 1986. 

Après avoir passé toute leur enfance dans l’entreprise familiale, Marie-Ève Baril et son frère ont tous les deux étudié en administration des affaires. À la suite du décès de leur père, leur cheminement professionnel s’est toutefois accéléré. 

« Quand je terminais mes études, ma mère a reçu une proposition d’achat, se souvient Marie-Ève Baril, et elle s’est demandé si elle devait vendre ou non, vu qu’elle sentait son énergie décliner. Même si commencer à travailler directement dans l’entreprise ne faisait pas partie de notre plan de carrière, c’est ce que mon frère et moi avons décidé de faire. »

Développer ses connaissances

Au début, Marie-Ève Baril a effectué des allers-retours entre Montréal, où elle avait étudié, et Trois-Rivières, où l’entreprise Baril était établie. Elle a d’abord rempli le rôle de représentante sur la route. Ce faisant, elle a saisi toute l’importance d’établir une relation avec la clientèle, de comprendre les besoins de celle-ci et de saisir l’occasion de changer des éléments dans l’entreprise afin d’accroître sa satisfaction. « C’est comme ça que j’ai développé toute ma vision pour Baril, souligne-t-elle, que j’ai déterminé où je voulais amener Baril. »

L’actuelle présidente de Baril a appris les rudiments du métier graduellement. En occupant divers postes vacants au sein de l’entreprise, elle a pu en explorer pratiquement toutes les sphères d’activité, comme le service à la clientèle et la gestion des opérations, en plus des ventes, du marketing et du développement. « Le seul service auquel je n’ai jamais touché est la comptabilité, précise-t-elle. Grâce à cette expérience, je peux aujourd’hui, comme présidente, mieux comprendre la réalité de chacun de ces domaines, même si je ne suis pas experte dans chacun d’eux, d’autant plus que je m’entoure de personnes compétentes. » 

Pendant ce temps, son frère s’est chargé de tout le volet technique. « C’est un peu notre professeur Tournesol : lorsque nous étions jeunes, il démontait des moteurs et se créait des univers en LEGO, raconte-t-elle. Rapidement, il s’est tourné vers le produit, particulièrement vers le service après-vente et la recherche de solutions pour améliorer notre offre. » 

Assurer une transition en douceur

Le processus de relève a été enclenché en 2008. « La concurrence s’était accentuée et des changements devaient être apportés dans l’entreprise pour lui permettre de s’y adapter, explique Marie-Ève Baril. Parallèlement à ça, ma mère était moins encline à prendre des risques et était rendue à un point dans sa vie où elle avait envie de faire autre chose. »

C’était l’occasion idéale de repenser l’entreprise. Son frère et elle se sont donc fait accompagner pendant deux ans pour assurer le succès de cette transition : tests psychométriques, analyse des valeurs et des forces de chacun, réflexion sur la vision de l’entreprise. 

En 2010, ils ont racheté l’entreprise de leur mère avec l’intention de faire croître Baril, de lui faire franchir une nouvelle étape dans son développement. L’un des premiers chantiers entamés visait à revoir la structure des divers services de l’entreprise afin de concrétiser cette vision et de veiller à ce que l’équipe soit capable de gérer l’augmentation des ventes. Un travail de fond a aussi été mené pour repositionner la marque.

« Nous avons repositionné Baril comme fabricant et non plus comme un hybride distributeur-assembleur : nous avons nos propres concepteurs et ingénieurs et nous dessinons nos produits. Il fallait que ça se sache et que ça soit compris à l’externe. » 

Marie-Ève Baril

Le nom de l’entreprise a donc évolué, passant de l’appellation d’origine Distribution JL Baril à JL Baril, puis à Baril en 2012. Ce changement a coïncidé avec l’ouverture d’un bureau à Montréal, qui a pignon sur le boulevard Saint-Laurent et qui comprend une salle d’exposition pour les professionnels. Il abrite également l’équipe de conception, de marketing et des ventes. Quant au bureau de Trois-Rivières, on y a centralisé toutes les opérations, la logistique et le service à la clientèle. De nombreux investissements ont aussi été nécessaires pour revoir notamment la force de ventes et mettre en place un outil de gestion de la relation client. 

Se recentrer pour rayonner

Ce qui a permis à Baril de se distinguer depuis le début est son désir d’offrir aux consommateurs des produits design de qualité par l’entremise de détaillants spécialisés en plomberie. « Au fil des ans, nous avons ajouté le créneau des constructions neuves par l’intermédiaire des grossistes et des distributeurs, puis celui des grandes surfaces », affirme la présidente. 

Même si les ventes ont progressé dans chacun de ces trois secteurs, le marché des grandes surfaces a finalement été abandonné parce qu’il s’éloignait du positionnement de l’entreprise. Baril a plutôt redirigé ses efforts vers ses détaillants au Québec afin d’y faire rayonner ses produits. 

En 2017, l’entreprise a étendu ses activités aux États-Unis. « Nous y jouissons d’un avantage important, affirme la présidente, puisque notre style a toujours été très européen et contemporain et que cette tendance est de plus en plus populaire là-bas. » 

Ce développement, tant au Québec qu’aux États-Unis, a permis de doubler le chiffre d’affaires de Baril, qui entend relever un nouveau défi dans les quatre prochaines années. « Notre objectif à court et à moyen termes consiste à reprendre la position de tête chez nos partenaires privilégiés dans le marché québécois et de percer plus en profondeur dans les nouveaux marchés », affirme Marie-Ève Baril.

L’entreprise en chiffres

2 : le nombre par lequel Marie-Ève Baril et son frère ont multiplié le chiffre d’affaires de l’entreprise depuis qu’ils l’ont reprise

50 : le nombre d’employés

50 : le nombre de nouveaux produits proposés par Baril chaque année

 

ENVIE D’EN SAVOIR PLUS?

Visitez le site Web de Baril.