Billets d'entrepreneurs · Vendredi 19 août 2016

Mettre un frein à ce qui nous freine en entrepreneuriat

Le billet de Nathalie Boies

Il y a sept ans, j’étais vice-présidente d’une grande agence de publicité, mes enfants avaient sept et neuf ans et j’avais envie de plus d’autonomie, de plus de liberté. J’ai toujours été très travaillante et j’ai toujours carburé aux défis. J’étais entourée de 500 collègues plus extraordinaires les uns que les autres, mais j’avais une envie folle de travailler à mon compte et de me lancer en affaires. Encore fallait-il trouver une idée!

Déterminez votre potentiel

J’ai amorcé un processus de réflexion. J’ai alors :

  • engagé une coach d’affaires;
  • rencontré mes anciens patrons;
  • dressé la liste de mes forces et faiblesses, de mes passions, de mes intérêts, des tâches que j’aime et celles que j’ai tendance à reporter et, surtout, de mes valeurs.

Peu à peu, j’en suis venue à l’idée de lancer ma propre agence de publicité et d’acquérir une concession automobile. J’ai débuté par la première option car, même s’il fallait tout construire, ce projet me semblait plus réaliste à court terme.

Mon parcours n’aura pas été sans embûches. La beauté de l’entrepreneuriat, c’est aussi de savoir relever les défis.

En passant de salariée à propriétaire d’entreprises (trois en trois ans!), j’ai accompli tant de choses que je n’aurais jamais crues possibles auparavant. Se lancer en affaires est une décision importante qui s’accompagne de tout un lot de craintes et de freins que l’on s’impose. Voici quelques trucs qui ont facilité la transition dans mon choix de carrière.

Développez votre réseau

Au cours de mon parcours, j’ai eu la chance de rencontrer plusieurs personnes exceptionnelles qui ont eu une influence sur mes entreprises et je me fais un devoir de les remercier. Ne sous-estimez jamais la puissance de votre réseau de contacts professionnels et personnels. Participer aux événements de réseautage de votre industrie est un excellent moyen de développer de nouvelles relations d’affaires et de faire connaître votre entreprise. Impliquez-vous dans des causes qui vous tiennent à cœur.

Outrepassez le syndrome de l’imposteur

Être entrepreneur, c’est aussi être le maître de ses réussites et de ses échecs. À mes débuts en affaires, je craignais de ne pas être en mesure d’exceller dans toutes les sphères de mon entreprise. Avec le temps, j’ai réalisé qu’on n’a pas besoin d’être bon partout. Pour maximiser votre potentiel, demandez de l’aide et engagez les ressources nécessaires pour former votre équipe. N’hésitez jamais à demander conseil. Étrangement, vous remarquerez que les gens les plus occupés dans votre entourage seront ceux qui voudront vous aider!

Osez vous lancer

Se lancer en affaires, c’est aussi faire face à une tonne de nouveautés et se confronter à l’inconnu. En tant que grande passionnée de vélo, je compare parfois l’entrepreneuriat à une longue randonnée. Parfois, il faut simplement foncer et se laisser guider par le chemin. Malgré les craintes que vous pouvez avoir, il y a des moments dans la vie où il faut savoir confronter ses peurs, établir un plan de match et se faire confiance. Pour vous aider: 

  • rédigez votre plan d’affaires;
  • rencontrez des entrepreneurs à succès;
  • rencontrez des clients potentiels et sondez leurs intérêts envers votre offre de service.

Certes, se lancer en affaires peut paraître effrayant au premier coup d’œil. Toutefois, laissez-vous guider par votre instinct; ne confrontez jamais votre intuition! 

— Nathalie Boies, Présidente et fondatrice de Walkiri Marketing, propriétaire de Drummondville Volkswagen et Volkswagen Victoriaville

Envie d'en savoir plus? 

Visitez le site de Walkiri Marketing

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER