Billets d'entrepreneurs

Yändata inc.: production et créativité autochtones, Le billet de Philippe Sioui Durand

Vendredi 22 novembre 2019

Yändata inc.: production et créativité autochtones

Le billet de Philippe Sioui Durand

Membre de la nation huronne-wendat, Philippe Sioui Durand a d’abord été inspiré par le parcours artistique de sa famille. Cet héritage créatif, combiné à son expérience professionnelle comme technicien en enregistrement sonore, l’a inspiré à fonder Yändata inc., une maison de production qui fait la promotion de l’entrepreneuriat auprès d’une nouvelle génération de membres des communautés autochtones. 

Très actif depuis les années 1980, mon père Guy Sioui Durand, connu dans le milieu des arts autochtones comme conférencier, artiste et professeur, ainsi que mon oncle Yves Sioui Durand, fondateur de la compagnie de théâtre Ondinnok, ont été deux sources d’inspiration importantes dans la genèse de mon projet. Si mon expérience comme technicien en enregistrement sonore dans le milieu radiophonique, télévisuel et filmique m’a permis d’acquérir des compétences en gestion et en création audiovisuelle, ce sont toutefois mes études universitaires qui ont été l’élément déclencheur de la réalisation de mon idée : j’en suis venu à conclure qu’il fallait collaborer, créer une nouvelle maison de production capable à la fois de jouer un rôle de rassembleur auprès des nations autochtones et de devenir un moteur de leur croissance économique future. C’est à cet instant que le déclic s’est opéré en moi et que j’ai décidé de jumeler savoir-faire et savoir-être dans un contexte de création autochtone sous l’enseigne d’une entreprise responsable, différente et audacieuse.

Un modèle d’affaires qui a évolué

Au départ, le modèle d’affaires de Yändata’ s’articulait autour d’ateliers de formation destinés aux membres des communautés autochtones afin de compléter l’offre existante. Toutefois, en effectuant mon étude de marché, je me suis aperçu de la vigueur du marché entrepreneurial chez les Premières Nations, qui compte actuellement plus de 1 000 entreprises de toutes tailles au Québec. J’ai alors constaté la demande de services complets pour la production et la postproduction audiovisuelles et j’ai également remarqué que les maisons de production se concentraient sur une niche commerciale précise. Le terrain était donc propice au lancement de mon projet à l’automne 2017.

L’élément différenciateur de Yändata’, qui signifie « village » en langue wendat, est sa démarche sociale qui fait en sorte qu’à chaque projet, elle cherche à collaborer avec les membres des communautés autochtones et à faire travailler ceux-ci tout en assurant la qualité de ses créations. Ces dernières vont de la vidéo (contenus, portraits, films d’entreprise) à la baladodiffusion en passant par le graphisme animé (« motion design »). La clientèle, qui se composait principalement d’entreprises, d’organismes et d’artistes issus des Premières Nations depuis le début, évolue au gré de la croissance enregistrée par Yändata’, si bien qu’elle comprend désormais aussi des entreprises non autochtones. 

Le défi du recrutement et des ressources humaines 

Chaque projet nécessite plusieurs collaborateurs et la formation de personnel demeure un sujet de préoccupation constant. Nous désirons offrir aux plus jeunes qui entrent sur le marché du travail la chance de contribuer à des projets inspirants. Nous sommes le maillon qui relie les collaborateurs plus chevronnés et les plus inexpérimentés. Pour l’appuyer dans ce rôle, l’équipe de Yändata’ compte sur un réseau de collaborateurs variés et compétents. 

La poursuite de ce but représente tout un défi de gestion de ressources et de logistique que nous sommes prêts à relever. D’ailleurs, nous avons entamé des pourparlers avec une université montréalaise afin d’établir une collaboration pour la mise en commun de nos ressources. Cette coopération profiterait à nos clients actuels et futurs.

« Ce sentiment de fierté lié à l’identité des Premières Nations gagnera en intensité chez les jeunes, grâce à la mise en valeur de modèles diversifiés auxquels ils peuvent s’identifier. »

Philippe Sioui Durand
 

L’établissement d’un dialogue avec les organisations non autochtones

L’un de mes souhaits est de créer des outils adaptés aux organisations non autochtones qui voudraient créer des ponts avec les communautés autochtones, ouvrir un dialogue avec elles ou embaucher du personnel au sein de celles-ci. La collaboration deviendrait une source de motivation. À Yändata’, nous aimerions ainsi favoriser l’établissement de relations entre les entreprises allochtones et autochtones par le biais de nos productions. Notre démarche s’inscrit dans une volonté de partage, de dialogue visant à faciliter la « réconciliation » de nos nations. 

L’avenir de Yändata’ : la créativité avant tout!

Depuis sa création, Yändata’ réalise des mandats variés et, tout naturellement, la créativité et l’accompagnement s’inscrivent de plus en plus au cœur de son offre de services. En plus de la production, je crois que la pérennité de mon entreprise tient à un meilleur accompagnement des clients dans le choix de l’outil de communication le mieux adapté à leur projet. La créativité s’impose alors un élément central de son avenir. 

Yändata inc. s’inscrit plus que jamais dans une nouvelle vague entrepreneuriale autochtone. Axée sur la collaboration, ouverte et inclusive, elle mise sur un réseau de collaborateurs, la confiance de ses clients et sa volonté de favoriser la cause autochtone au Québec par le biais de ses productions.