Pratico-pratique · Vendredi 18 novembre 2016

Comment réussir sa première rencontre avec son directeur de comptes

Pratico-pratique

Contenu présenté par 

Ça y est, vous avez commencé à donner vie à l’idée d’entreprise qui occupait toutes vos pensées. Après avoir validé le besoin du marché, vous avez fait votre planification financière. Il ne manque plus qu’une levée de fonds pour que le tout devienne réalité. Comme nombre d’entrepreneurs en démarrage, vous irez sûrement cogner à la porte de votre directeur de comptes. Comment se passera cette première rencontre d’affaires ? Voici 5 conseils qui vous aideront à mettre toutes les chances de votre côté pour obtenir un prêt.

1. Se préparer

«La meilleure façon de convaincre, c'est d'être bien préparé», explique Benoit Deschamps, directeur principal, marché commercial et industriel chez Desjardins Entreprises. 

Cette préparation passe par l'élaboration d'un plan d'affaires bien ficelé comprenant, entre autres, des prévisions financières. Du même coup, vous démontrez que vous connaissez bien le marché et vos concurrents. Les détails comme le nombre de vos clients ou le point sur vos moyens financiers et d'exploitation sont importants. 

2. Rassurer son créancier

Convaincre l'autre, c'est aussi en grande partie le rassurer. Le dirigeant d'entreprise met un atout dans son jeu s'il s'entoure d'une équipe de professionnels, dont un fiscaliste, un comptable, etc. «Si l'entrepreneur fait vérifier ses projections financières par une firme comptable, cela rassure et, en même temps, démontre le sérieux de son engagement», ajoute M. Deschamps. 

3. Avoir un historique de crédit solide 

Le directeur de comptes scrutera votre historique de crédit, l'investissement personnel ou la mise de fonds dans votre projet. Dans l'analyse du dossier, il tiendra compte aussi de l'obtention de subventions ou des sommes prêtées par votre famille ou vos amis (love money). 

Envie de connaître les 2 derniers conseils ?

Consultez l’article complet sur le site de Desjardins

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER