Histoires d'entrepreneurs

Les sœurs en vrac: une croissance tissée serrée, L’histoire de Natalie Catherine, Stéphanie et Claudine Provost

Vendredi 1 novembre 2019

Les sœurs en vrac: une croissance tissée serrée

L’histoire de Natalie Catherine, Stéphanie et Claudine Provost

L’entreprise montréalaise Les sœurs en vrac, qui importe et distribue des denrées alimentaires sèches telles que des noix, légumineuses, épices et grignotines, porte bien son nom. En effet, derrière ce nom se trouvent bel et bien trois sœurs qui s’ingénient à perpétuer la réputation d’excellence d’une entreprise qui croît depuis plus de vingt ans déjà.

L’histoire des Sœurs en vrac a débuté à la fin des années 1990, quand le père des trois filles Provost, lui-même entrepreneur à l’aube de la retraite, s’est mis en tête d’aider ses filles à trouver une entreprise qu’elles pourraient racheter. Le quatuor a considéré plusieurs entreprises dans divers domaines avant de dénicher celle qui permettrait aux sœurs de concilier le travail et leurs familles respectives (lesquelles se composaient alors d’enfants en bas âge) sans les obliger à travailler la nuit ou le week-end.

L’occasion s’est finalement présentée avec Importations et distributions BH, une entreprise en activité depuis les années 1970 qui appartenait à un jeune repreneur québécois désireux de tenter sa chance dans un secteur différent. Selon les modalités négociées, ce dirigeant a continué de travailler un an au sein de l’entreprise afin d’apprendre les rouages de celle-ci aux nouvelles propriétaires.

Dès lors, Natalie Catherine Provost a pris la route, accompagnée au début de son prédécesseur. Ce faisant, elle a rapidement découvert l’engouement des acheteurs pour ses produits en vrac. « Quand on aime ses produits, c’est facile de les vendre », explique celle qui s’est ainsi découvert une nouvelle passion.

La naissance des Sœurs en vrac

Graphiste de formation, Claudine Provost, la benjamine de la famille, s’est jointe à ses sœurs au début des années 2000 afin de concevoir l’image de marque et les étiquettes des produits de l’entreprise qui allait devenir officiellement les Sœurs en vrac. Ce changement de nom visait à illustrer plus adéquatement l’ADN de la marque. Aussi apparu à cette époque et dessiné par un ami de Natalie Catherine, le logo représentant les trois sœurs a quant à lui contribué à positionner la marque auprès des consommateurs. Les trois frangines aux profils différents, mais complémentaires, ont depuis bien définis les rôles de chacune, ce qui leur permet d’innover sans cesse, mais avec prudence. « On se rejoint vraiment sur le plan des affaires », souligne Natalie Catherine Provost.

L’évolution du vrac

Au tournant du millénaire, les produits de l’entreprise étaient très populaires dans les fruiteries, mais peu dans les grandes chaînes de supermarchés, qui hésitaient encore à tenir une grande diversité de denrées sèches. La situation a cependant beaucoup changé au fil des années, les produits en vrac ayant peu à peu gagné leurs lettres de noblesse auprès des grands détaillants. « On a grandi en même temps que le développement du marché du vrac », explique Natalie Catherine Provost, laquelle est aujourd’hui à la tête d’une équipe de huit représentants qui sillonnent la province.

La marque a également frappé un grand coup avec l’introduction d’épices, d’aromates et d’autres condiments en pots de métal, qui ont fait « un gros boum » selon Natalie Catherine. Ces produits, qui ont effectivement créé un bel engouement en raison de l’unicité et de l’aspect visuel prisé des petites boîtes métalliques, représentent aujourd’hui le quart du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Il faut noter que l’équipe, qui mise d’abord sur la qualité de ses produits, soigne également la présentation visuelle de ces derniers. En effet, en plus d’innover en introduisant de nouveaux produits et mélanges pour stimuler les ventes, les sœurs estiment qu’il est crucial de peaufiner le concept des emballages, étiquettes et présentoirs afin d’attirer le regard des consommateurs en magasin.

Ce souci du détail et l’intérêt porté à l’accueil que réservent à la marque tant les clients que les détaillants témoignent de la volonté de l’entreprise de rechercher la qualité dans toute chose.

« C’est important d’être à l’écoute des besoins des clients, d’entretenir la relation avec les clients actuels et de travailler ensemble vers un objectif commun. Pour grandir, il est important de prendre des risques, mais de les mesurer. »

Natalie Catherine Provost

La croissance à long terme

Jamais assises sur leurs lauriers, les trois sœurs demeurent à l’affût des nouveautés et des goûts recherchés en discutant avec les consommateurs locaux et en voyageant.

Déjà présente partout au Québec — de l’Abitibi jusqu’aux îles de la Madeleine — et en Ontario depuis 2009, la marque pourrait étendre ses activités à l’étranger sous peu. Cependant, comme pour l’aventure entrepreneuriale qu’elles poursuivent jusqu’à maintenant, les sœurs s’assureront de procéder une étape à la fois afin de bien faire les choses et de préserver leur qualité de vie. « C’est et ça a toujours été important pour nous de rester maîtres de notre entreprise et d’être bien dans ce qu’on fait de manière à favoriser la croissance des Sœurs en vrac d’une année à l’autre. »

 

L’entreprise en chiffres

550 : nombre de produits proposés

Près de 1000 : nombre de points de vente offrant les produits des Sœurs en vrac

24 : nombre d’employés de l’entreprise

 

ENVIE D’EN SAVOIR PLUS?

Visitez le site Web des Sœurs en vrac