Voir plus loin

Station FinTech: nouvel espace pour entreprises émergentes, Voir plus loin

Vendredi 8 novembre 2019

Station FinTech: nouvel espace pour entreprises émergentes

Voir plus loin

La nouvelle Station FinTech créée par l’organisme Finance Montréal viendra soutenir l’essor des jeunes pousses du secteur des technologies financières. Matthieu Cardinal, vice-président, Développement FinTech et Affaires de la société de Finance Montréal explique le projet.

Le nouvel espace consacré à l’essor des entreprises spécialisées en technologies financières ouvrira ses portes d’ici la fin de 2019. L’initiative vise les entreprises en démarrage du secteur des technologies financières d’ici et de l’étranger qui, dans leur développement, se situent entre l’étape du financement initial et celle du financement de série B. Plus précisément, les entreprises visées sont en activité depuis moins de sept ans, comptent un maximum de 50 employés et offrent déjà un produit ou un service. « Ce ne sont donc pas des entreprises qui sont au stade de l’idéation, précise Matthieu Cardinal. Elles ont un client et des revenus ou, à tout le moins, levé suffisamment d’argent pour s’avérer crédibles et intéressantes pour les institutions financières. » 

Pourquoi la Station FinTech?

Le rôle de Finance Montréal, en tant que grappe financière du Québec, est de soutenir le développement économique du secteur. Le projet a donc été élaboré afin de faciliter les échanges entre les jeunes entreprises, souvent axées sur le B2B.

« Nous veillons à accompagner nos membres institutionnels, à savoir des banques, des compagnies d’assurance et des gestionnaires d’actifs, dans leur transformation numérique. Alors, mettre ceux-ci en relation avec de jeunes pousses est une belle façon d’y arriver ».

Matthieu Cardinal 

En effet, comme l’explique Matthieu Cardinal, les nouvelles entreprises, souvent plus agiles, offrent des solutions innovantes qui peuvent être attrayantes pour les grandes organisations. À l’inverse, les entreprises émergentes bénéficient de la proximité des grandes institutions, dont elles apprennent à connaître les différents acteurs, les défis au chapitre des affaires, les méthodes de travail et d’investissement. La Station FinTech est ainsi à la fois un lieu de travail, de maillage et de collaboration pour les joueurs du secteur financier et les entreprises en démarrage. « Nous travaillons dans l’intérêt de nos membres et une des clés du succès de la Station FinTech tiendra au fait que les jeunes entreprises qui s’y installeront auront accès aux membres institutionnels par notre entremise », résume Matthieu Cardinal. 

Qu’offre la Station FinTech?

À la Station FinTech, on trouve à la fois des bureaux fermés et d’autres aménagés dans une aire ouverte pour répondre aux différents besoins des entrepreneurs et encourager, par le biais des lieux physiques, les échanges sur les pratiques et les réalités d’affaires et le partage de contacts.

Contrairement à la plupart des incubateurs, celui-ci ne fonctionne pas par cohorte, mais plutôt par baux de location de trois, six ou douze mois qui peuvent être renouvelés pour une période maximale de trois ans. Cette approche permet à la fois de se coller à la réalité souvent changeante des nouvelles entreprises et de favoriser le mouvement. 

Les lieux peuvent accueillir de 25 à 35 entreprises réparties en 144 postes de travail. Les entreprises intéressées doivent présenter une demande de location, qui est ensuite soumise à une analyse qualitative et à un processus de vérification diligente avant d’être examinée par le comité consultatif de la Station FinTech et son gestionnaire. 

L’équipe de gestion de la Station, déterminée à faciliter le plus possible la croissance de ses locataires, a conclu plusieurs partenariats avec des consultants et des professionnels offrant des services comptables et juridiques afin d’épauler les entrepreneurs dans toutes les étapes du développement de leur entreprise. S’inspirant des nouveaux modèles d’incubation et de cotravail internationaux, notamment de Level 39 à Londres ou de LHoFT au Luxembourg, l’équipe a cherché à implanter ici une nouvelle approche plus « holistique » privilégiant diverses méthodes de soutien.

Outre plusieurs services d’accompagnement professionnel et de mentorat, un accès privilégié à un laboratoire de données financières et à des ressources technologiques sera offert.

Quel avenir pour les entreprises en technologies financières?

Matthieu Cardinal dit avoir observé un dynamisme accru dans le secteur des technologies financières depuis cinq ans. Selon lui, on trouverait de 100 à 120 entreprises dans ce secteur d’activité sur le territoire québécois et la grande majorité d’entre elles seraient établies à Montréal. Leur nombre s’élèverait à environ 500 au Canada et la plupart se situeraient en Ontario. 

Ce dynamisme, qu’on constate aussi dans les marchés avoisinants, favorisera le plan de développement de la Station FinTech, qui misera dans les années à venir sur l’établissement de liens internationaux avec le Nord-Est des États-Unis et l’Europe de l’Ouest. 

« On pense que ce sont des endroits qui pourraient tirer avantage, d’une part, d’un bureau et de relations clients à l’échelle locale et, d’autre part, des développeurs, codeurs et programmeurs présents à la Station FinTech, affirme Matthieu Cardinal. Il y a ici un avantage sur le plan des coûts — c’est indéniable —, mais aussi des talents disponibles et une proximité intéressante. On se trouve, par exemple, dans le même fuseau horaire que New York. » 

Comme Finance Montréal entretient également de bons liens avec l’Europe francophone, Matthieu Cardinal souhaite voir la Station FinTech devenir le point de chute des entreprises émergentes francophones désireuses de percer le marché nord-américain.
 

ENVIE D’EN SAVOIR PLUS?

Stationfintech.com