Histoires d'entrepreneurs

Squeeze Studio: une croissance animée, L’histoire de Denis Doré

Squeeze Studio: une croissance animée

L’histoire de Denis Doré

Squeeze Studio a été fondé par deux anciens du jeu vidéo, Denis Doré et Patrick Beaulieu, qui partageaient le désir de créer un studio d’animation haut de gamme. L’entreprise de Québec est aujourd’hui un chef de file de l’animation et un bel exemple de réussite de commercialisation à l’étranger de contenu original québécois.

L’aventure a débuté autour d’un café en novembre 2011, quand les deux cofondateurs de Squeeze Studio se sont rencontrés afin de discuter de leurs projets d’avenir. L’idée d’un studio d’animation québécois a rapidement été avancée, ce qui était logique puisque Patrick Beaulieu se spécialisait en illustration et que Denis Doré travaillait en réalisation et en idéation. Rapidement, il a été établi que le travail de Squeeze Studio serait orienté vers une niche de marché très précise, soit l’animation de personnages 3D. « Toute la vision de notre entreprise consistait à concentrer nos activités dans un marché vertical », explique Denis Doré. À l’annonce du lancement du studio, Ubisoft, l’ancien employeur des deux entrepreneurs, a immédiatement fait appel à ces derniers pour un projet. Deux mois après le lancement et un premier contrat en poche, le duo s’installait dans un petit appartement de Québec aux côtés de ses cinq premiers employés.

De la pub au cinéma

À ses débuts, Squeeze Studio réalisait principalement des projets se rapportant à des publicités et des bandes-annonces de jeux vidéo. Au fil du temps, les projets ont pris de l’ampleur, si bien que, même si le studio fournit encore des services d’animation pour tout type de contenu, les films et séries télévisées représentent désormais l’essentiel de son travail. 

Le virage vers la production de séries s’est amorcé en 2014 quand les cofondateurs ont senti que leur équipe était suffisamment mature pour commencer à concevoir des œuvres originales. Les dirigeants, qui ne connaissaient rien à la télé, savaient seu

lement qu’ils voulaient créer un produit exportable. Afin de bien préparer ce virage, ils se sont rendus au marché international des contenus de Cannes pour voir ce qui s’y passait, ils ont pris des notes et sont retournés travailler. L’année suivante, ils y ont présenté Cracké, leur première création originale, qui met en scène un papa autruche et sa couvée. L’engouement a été immédiat; la division Production de Squeeze Studio venait de naître. Depuis, la série Cracké est diffusée dans 210 pays et territoires — un bel exploit quand on sait que le studio s’occupe également de la distribution.

Le secret du succès de Squeeze Studio est attribuable en partie à l’expérience en jeu vidéo des cofondateurs, celle-ci leur ayant permis d’avoir une vision claire de ce qu’est un produit animé de qualité. Denis Doré souligne également l’apport de personnes clés qu’ils ont recrutées et qui ont participé à l’essor du produit. Mais plus que tout, les dirigeants misent sur leurs forces pour se démarquer. « Nous n’avons pas les mêmes budgets que Disney. Alors, comment donner la même impression de qualité? En étant intelligent et en travaillant sur ce que nous maîtrisons, soit les trames narratives créatives. Nous misons sur un personnage central et un décor assez simple, et le tout peut évoluer selon les budgets. »

La force de l’équipe

En 2017, Squeeze Studio a doublé sa taille en prévision d’une croissance à venir. Les bureaux ne sont pas restés vacants très longtemps puisque l’équipe s’est étoffée dès le début 2018 de nouveaux talents. Elle regroupe maintenant 108 personnes, dont 35 dans les nouveaux bureaux de Montréal.

Conscients que le cœur de l’entreprise vibre en fonction de ses artistes, les dirigeants mettent l’accent sur la qualité de l’équipe et sur la fierté que suscite la production locale d’œuvres. Aussi, tout est mis en place pour favoriser la permanence et la rétention des employés, ce qui participe grandement à la qualité du produit selon Denis Doré. Sur le plan du recrutement, quoique ce dernier ne soit pas toujours une tâche facile, l’entreprise bénéficie d’un grand attrait de sa niche très bien définie.

« Ce qu’on voulait développer au Québec, c’est un savoir-faire en commercialisation internationale. On a toujours pensé que la valeur à long terme serait de garder notre propriété intellectuelle. » 
— Denis Doré 

Afin de dénicher les meilleurs talents et d’assurer la relève, Denis Doré et Patrick Beaulieu ont même mis sur pied l’école d’excellence Les popettes (le projet est sur la glace depuis deux ans, faute de temps pour le mener à bien). Le programme de formation, offert à de mini-cohortes de cinq personnes triées sur le volet, permettait à la fois d’accélérer le développement de jeunes pousses prometteuses et de créer des ambassadeurs.

À la suite d’investissements massifs dans l’infrastructure de Squeeze Studio, Denis Doré affirme vouloir assurer à l’entreprise une croissance équilibrée. « Nous sommes dans le plateau que nous voulions atteindre, là où la structure et le nombre d’employés sont en adéquation. L’an prochain, nous pourrons commencer à optimiser nos équipes, ce que nous n’avons jamais pu faire puisque nous devions constamment gérer la croissance du studio. »

L’année 2019 ne sera pas de tout repos pour autant parce que le studio lancera sa nouvelle création originale tout en continuant à développer cinq nouvelles propriétés et en envisageant la possibilité de se lancer dans la création de jouets et l’octroi de licences. Mais la tranquillité n’est pas vraiment le truc de Denis Doré. Ce qu’il aime, c’est la liberté. « Se lever le matin et, chaque jour, se dire qu’on tient, dans ses mains, les clés de son avenir, ça vaut de l’or. »

L’entreprise en chiffres

108 : le nombre d’employés
210 : le nombre de pays et de territoires où est diffusée la série télé Cracké

 

ENVIE D’EN SAVOIR PLUS?

Visitez le site Web de Squeeze Studio