Histoires d'entrepreneurs · Vendredi 12 mai 2017

Dialogue : à un clic d’un médecin

L’histoire d’Anna Chif

Consulter un médecin grâce à votre téléphone intelligent? C’est le service qu’offre Dialogue, une startup montréalaise de soins de santé virtuels en entreprise. Une foule de professionnels de la santé sont disponibles juste au bout de vos doigts grâce à une application.

Près d’une trentaine d’organisations, dont le cabinet d’avocats BCF et la financière Power Corporation du Canada, offrent le service de Dialogue parmi leurs avantages sociaux. Plus de 5 000 personnes ont ainsi accès à l’application de la startup sur leur téléphone intelligent. Si l’une d’entre elles se lève un matin avec une vilaine toux ou une rougeur sur le bras, elle n’a qu’à lancer Dialogue pour communiquer par messagerie texte avec une infirmière qui répondra à ses questions et qui, au besoin, la mettra en contact avec un médecin par vidéoconférence. « On est capable d’établir un diagnostic dans plus de 70 % des cas », assure la cofondatrice Anna Chif. Et lorsqu’une consultation en personne est nécessaire, Dialogue oriente le patient vers le bon spécialiste.

Consultez aussi : Feldan Therapeutics: exploiter un créneau porteur

Anna Chif sait ce que c’est que d’essayer de parler à un médecin. À la fin de 2015, l’entrepreneure de 28 ans prenait soin de sa grand-mère atteinte d’un cancer en phase terminale. « Elle est restée aussi longtemps que possible à la maison, et ce n’était pas facile, se souvient-elle. J’avais souvent des questions pour les médecins, mais on me disait d’aller attendre à l’urgence avec elle pour obtenir une réponse! » Bien souvent, il ne lui aurait pourtant fallu que quelques minutes avec un professionnel de la santé pour obtenir l’ordonnance ou l’information dont elle avait besoin.

La jeune femme n’a donc pas hésité lorsque Cherif Habib, un entrepreneur montréalais qu’elle connaissait, l’a approchée au début de 2016 pour l’inviter à se lancer dans le domaine des soins de santé virtuels en entreprise. Alexis Smirnov, qui compte plus de 25 années d’expérience en technologie, s’est joint à eux pour une séance de remue-méninges et, quelques semaines plus tard, tous les trois cofondaient Dialogue. Dr. Natalie Skinner s’est joint à l’équipe fondatrice quelques mois plus tard.

« C’est difficile de croire que ça fait un an à peine, remarque Anna Chif en pensant à tout le chemin parcouru. Aujourd’hui, on a 20 employés à temps plein et on offre nos services au Québec, en Ontario et en Nouvelle-Écosse. » L’Alberta et la Colombie-Britannique suivront sous peu et, à ce rythme, l’application sera bientôt accessible partout au Canada.

Cette croissance effrénée a été rendue possible grâce à Diagram, une plateforme de lancement d’entreprise spécialisée en santé, finance et assurance. Elle a non seulement fourni le capital nécessaire pour démarrer Dialogue, mais également mené une opération d’investissement dans la startup, à laquelle ont aussi participé BDC Capital et Hacking Health Accelerator et qui a permis de récolter quatre millions de dollars.

Inventer les règles

Comme les quatre entrepreneurs se sont lancés sans détenir d’expertise dans le domaine de la santé, convaincre des professionnels d’embarquer dans l’aventure n’a pas toujours été facile.

« Si j’avais su à quel point ce serait complexe, je ne suis pas certaine que je l’aurais fait, rigole l’entrepreneure. Mais on a foncé et on a recruté certains des meilleurs médecins au pays. »
— Anna Chif

Ceux-ci ont notamment été attirés par le potentiel des soins de santé virtuels, qui demeure largement sous-exploité. « Pour un dermatologue ou un psychiatre, une consultation par vidéoconférence est souvent tout aussi efficace qu’une consultation en personne. » Même des chirurgiens peuvent y trouver leur compte, puisqu’ils doivent consacrer une bonne partie de leur emploi du temps au suivi avec de leurs patients.

Une jeune entreprise technologique, aussi innovante soit-elle, ne peut toutefois pas agir comme elle le veut dans le secteur de la santé. L’équipe de Dialogue s’assure de suivre les règles à la lettre, ce qui représente un défi de taille, puisqu’elles varient d’une province à l’autre. Et comme il s’agit d’une nouvelle technologie, la réglementation est parfois… inexistante! « Dans ces cas-là, on s’impose des normes très rigoureuses, explique Anna Chif. On veut que Dialogue soit le leader de la réflexion sur soins de santé virtuels au Canada. Notre objectif est d’appuyer le système de santé existant et non de lui causer des problèmes. »

DIALOGUE EN CHIFFRES

  • 5 : le nombre de provinces où le service de Dialogue est (ou sera bientôt) offert

  • 20 : le nombre d’employés

  • 4 : la somme, en millions de dollars, récoltée grâce à l’opération d’investissement

  • 2,25 : le nombre moyen de plantes vertes (cactus compris) par employé

  • 40 : le nombre de professionnels de la santé accessibles via Dialogue

Envie d'en savoir plus?

Visitez le site Web de Dialogue 


je passe à l'action

À NE PAS MANQUER