Histoires d'entrepreneurs · Vendredi 9 septembre 2016

Pour 3 Points: le sport comme outil d’entrepreneuriat social

L’histoire de Fabrice Vil

Fabrice Vil avait une carrière d’avocat prometteuse, mais il a choisi de prendre la voie de l’entrepreneuriat social en fondant Pour 3 Points. Son organisme sans but lucratif forme des entraîneurs qui encadrent, sur les terrains de sport comme dans la vie, les jeunes issus de milieux défavorisés.

Alors que Fabrice Vil pratique le droit dans un prestigieux cabinet d’avocats, il tombe face à face avec un ami d’enfance qui partageait, à l’époque, sa passion du basketball. La rencontre provoque une onde de choc en lui. Son ancien coéquipier, celui avec qui il a driblé des ballons avec insouciance, n’a pas eu droit à la même chance que lui. Prenant conscience des inégalités sociales, Fabrice Vil fonde alors Pour 3 Points en 2011. « Je ne pouvais pas accepter qu’une personne avec un tel potentiel n’ait aucun diplôme d’études secondaires et n’arrive pas à s’accomplir », se souvient-il.

Consultez aussi : L’histoire de Gabriel Bran Lopez

De tutorat à mentorat

À sa première année d’existence, Pour 3 Points réunit basketball et aide aux devoirs dans une école montréalaise.  Et même si Fabrice Vil est convaincu de la valeur des services offerts, l’organisme essuie une première défaite lorsque son mandat n’est pas renouvelé. Au lieu de baisser les bras, Fabrice Vil se retrousse les manches et revoit son plan de match initial.

Pour 3 Points veillera désormais à transformer des entraîneurs sportifs en « coachs de vie » pour favoriser la persévérance scolaire. « Le coach joue un rôle au-delà du contexte sportif. Il intervient auprès de différentes équipes de soutien. La portée de l’intervention est donc plus grande que si l’on ciblait un jeune directement », souligne l’entrepreneur.

Aujourd’hui, l’organisme fait sa marque dans 11 écoles de la métropole et rejoint plus de 400 élèves.

Les entraîneurs suivent un parcours de formation de deux ans, à la fois théorique et pratique, avant d’obtenir une certification. Ils peuvent bénéficier des judicieux conseils d’un expert en leadership, d’une travailleuse sociale, d’un orthopédagogue et d’autres spécialistes du coaching. Le but? Bien outiller les coachs pour qu’ils deviennent des mentors auprès des jeunes.

Fabrice Vil et son équipe de sept employés travaillent fort pour développer leur réseau, améliorer le programme de Pour 3 Points et collecter des fonds. « Une bonne partie de mon rôle, c’est de mobiliser des ressources et de tisser des liens avec les différentes parties prenantes », explique-t-il. Le budget de l’organisme, qui a totalisé 10 000 $ la première année grâce à une ronde de sociofinancement, s’élèvera à 800 000 $ l’an prochain.

« Pour moi, l’entrepreneuriat social utilise les notions pragmatiques de l’entrepreneuriat pour maximiser ses effets bénéfiques sur la société. Ce n’est pas de la charité. Il contribue à un changement de société positif. » 

P3P : Un outil d’intégration sociale

Les petites victoires de Pour 3 Points sont nombreuses depuis sa fondation. Fabrice Vil raconte d’ailleurs, avec des étincelles dans les yeux, l’histoire d’un jeune de l’école Saint-Henri qui a frôlé l’expulsion. Grâce au soutien de son coach et aux interventions de ce dernier, lesquelles débordent du cadre scolaire, la direction a accepté de lui donner une seconde chance.  

« Si l’on veut réussir en entrepreneuriat social, il faut s’intéresser aux bénéficiaires des services mis en place. Un OSBL, ce n’est pas le fruit de notre ego. »

Depuis un an, P3P ratisse plus large que le basketball. Un coach sur trois entraîne des équipes de soccer. « Notre formule pourrait s’appliquer à presque tous les sports », explique Fabrice Vil.

L’entrepreneur souhaite étendre son champ d’action en desservant d’autres régions, comme celles de Toronto et d’autres grands centres urbains. Fabrice Vil entend saisir la balle au bond pour développer des programmes plus complets pour les coachs et peut-être aborder d’autres disciplines comme l’art. « Le sport est seulement le véhicule que nous utilisons pour motiver les jeunes à développer des habiletés humaines. »

Pour 3 Points en chiffres (septembre 2016)

  • 11 : le nombre d’écoles dans lesquelles Pour 3 Points est présent
  • 32 : le nombre de coachs formés ou en formation
  • 400 : le nombre d’élèves joints
  • 800 0000 : le budget de la prochaine année
  • 7: le nombre d’employés

Envie d’en savoir plus?

Visitez le site Web de Pour 3 Points

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER