Voir plus loin · Lundi 2 mai 2016

L’intrapreneuriat : la croissance à l’interne

Voir plus loin

Tendance forte des dernières années et pourtant méconnue, l’intrapreneuriat gagne à être adopté par les entrepreneurs. Gros plan sur un phénomène qui réunit les employés autour d’un but commun : la croissance.

L’intrapreneuriat se manifeste à l’intérieur d’une entreprise qui vise à renouveler son positionnement et à conquérir de nouveaux marchés.  Ce processus peut mener à la création d’une nouvelle entité ou simplement de nouveaux services. Bref, il s’agit de créer un cadre propice au développement de projets d’entreprise par les employés.

L’intrapreneuriat, comment ça marche?

L’employé qui souhaite mettre de l’avant une initiative intrapreneuriale doit s’assurer que son engagement respecte la vision et la stratégie de son entreprise. Même si une nouvelle entité est créée, elle doit respecter l’ADN et les fondements de la maison-mère. Grâce à la structure qui l’emploie, l’intrapreneur a accès à une multitude de ressources.

Il doit également être capable de démontrer qu’il y a un marché pour son projet et que l’entreprise qui l’emploie peut bénéficier de son action. Pour Guillaume Hervé, expert sur les problématiques intrapreneuriales et auteur d’un ouvrage de référence sur le sujet, « l’intrapreneur est un entrepreneur capable de gérer le changement ».

Des secteurs de plus en plus intrapreneuriaux

Les secteurs de haute technologie sont ceux qui connaissent le plus d’intrapreneurs. On compte également de nombreuses aventures intrapreneuriales dans la finance et les services, deux secteurs qui souhaitent se renouveler.

Ce processus nécessite flexibilité et mobilité. À ce chapitre, l’entreprise anglaise Virgin Group est devenue l’exemple d’une démarche intrapreneuriale réussie. D’abord spécialisée dans la vente de disques – dans ses Virgin Megastore –, elle s’est ensuite transformée en maison de disques (Virgin Records) avant de se lancer dans la téléphonie mobile (Virgin Mobile), le transport aérien (Virgin Atlantic) et le tourisme spatial (Virgin Galactic).

Être intrapreneur au Québec

Apparu au Québec il y a 5 ans, l’intrapreneuriat ne cesse de séduire les employés de la province. Après avoir connu un succès entrepreneurial, des entreprises d’ici réussissent à prendre la voie intrapreneuriale et à transformer positivement leur structure pour se repositionner dans un nouveau marché. CGI est considéré comme un précurseur chez nous.

Le populaire chef Stefano Faita fait partie des intrapreneurs à succès au Québec. En 1957, sa famille fondait la Quincaillerie italienne Dante qui a toujours pignon sur rue à Montréal. C’est en travaillant au sein de l’entreprise familiale avec sa mère, Elena, que Stefano a développé son esprit de gestionnaire. Aujourd’hui, ce visage connu du milieu gastronomique est propriétaire de deux restaurants dans la Petite-Italie : Gema et Impasto. Il reconnaît que le soutien et les conseils avisés de sa mère ont été indispensables à sa réussite. Sa sœur Christina, qui a également travaillé pour l’entreprise familiale, a aussi bénéficié de l’expertise de sa mère pour lancer son école de cuisine, Mezza Luna. Christina et Stefano ont su faire naître de nouvelles entreprises grâce à la Quincaillerie Dante.

Consultez aussi: L’histoire intrapreneuriale de la famille Faita

Plusieurs entreprises familiales souhaitent assurer une relève à l’interne. Guillaume Hervé précise : « au Québec, le modèle n’est pas figé et nous assistons à de nombreuses innovations qui promettent de belles années à l’intrapreneuriat. »

On note également l’émergence d’événements organisés par des entreprises pour stimuler l’innovation de leurs employés. Ceux-ci sont appelés à partager leurs idées au sujet de la direction de l’organisation pour laquelle ils travaillent et des enjeux auxquels elle fait face.

« L’intrapreneuriat est un sport d’équipe où l’on gagne ensemble. »

— Guillaume Hervé

Les enjeux de demain

Bien qu’on observe une prise de conscience quant aux nombreux avantages de l’intrapreneuriat, les défis à venir sont multiples. Toutefois, pour les entreprises québécoises établies, une politique intrapreneuriale solide peut devenir un moyen efficace de demeurer concurrentielles sur la scène internationale.

Le Québec offre de nombreux programmes qui encouragent les entreprises à envisager sérieusement cette question. N’hésitez pas à les explorer!

Envie d'en savoir plus?

Visitez le site Web d’Initiative Intrapreneuriale 
Visitez le site Web de G3point0 Conseil

Bibliographie de l’intrapreneur :

Guillaume Hervé (2015), Winning at Intrapreneurship: 12 Labors to Overcome Corporate Culture and Achieve Startup Success, Paperback

Camille Carrier (1997), De la créativité à l’intrapreneuriat, Presses de l’Université du Québec

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER