Histoires d'entrepreneurs

Republik: passer à l’acte, L’histoire de Jean-Philippe Shoiry et Vincent Fortin

Vendredi 15 mars 2019

Republik: passer à l’acte

L’histoire de Jean-Philippe Shoiry et Vincent Fortin

Quand ils ont repris l’agence de communication marketing Republik en 2014, Jean-Philippe Shoiry et Vincent Fortin avaient l’ambition de réaliser un projet à leur image. L’idée a depuis fait son chemin et amené les dirigeants à annoncer, à la fin de 2018, leur intention de travailler exclusivement à la mise en œuvre de projets socialement responsables d’ici 2021. Retour sur un parcours atypique dans le domaine publicitaire.

Les deux associés, formés en droit des affaires et en finance, désiraient travailler ensemble afin de concrétiser un projet commun qui leur est cher. En 2012, Vincent Fortin travaillait pour une agence qui partageait les locaux de Republik quand il a appris que le dirigeant de celle-ci, Robert Beaudoin, avait l’intention de la vendre. Le duo s’est rapidement intéressé à cette industrie qui, selon lui, est « accessible à quiconque est curieux », et a entamé un processus de repreneuriat. « Comme nous étions nouveaux dans ce domaine, le repreneuriat avait du sens, explique Jean-Philippe Shoiry. Nous avions des idées pour les affaires, mais il nous paraissait sensé de partir d’une base, de profiter de la bonne réputation de la boîte et de son président. » Le plan de transfert progressif, qui s’est échelonné sur deux ans, a permis au tandem d’en apprendre plus sur ce secteur d’activité avant de reprendre officiellement le flambeau de Robert Beaudoin au moment de sa retraite en 2014. « Cette période de transition a été très formatrice, et nous avons pu nous définir au contact des clients et au fil des mandats », poursuit Jean-Philippe Shoiry.

B Corp, un premier pas responsable

Rapidement, l’équipe dirigeante a voulu réorienter Republik pour lui permettre d’obtenir des résultats satisfaisants sur les plans financier, social et environnemental. « En fait, avant même de savoir quelle direction nous allions donner à l’agence, nous voulions l’ancrer dans des valeurs de responsabilité sociale et environnementale, souligne Vincent Fortin. Peu importe l’entreprise que nous allions diriger, nous voulions qu’elle obtienne la certification B Corp. » L’intérêt des deux partenaires pour cette certification s’est éveillé durant la maîtrise en fiscalité de Jean-Philippe Shoiry, qui a découvert la certification B Corp en se penchant sur les modèles de rapport de développement durable dans le cadre de sa thèse sur les organismes de bienfaisance. Cette certification, élaborée par l’OBNL américain B Lab qui possède désormais son pendant canadien, atteste des efforts déployés par une entreprise à but lucratif dans les domaines social et environnemental en ce qui a trait à la gestion, à la gouvernance, à l’approvisionnement, etc.

« La certification B Corp est vraiment utile, car elle correspond à des objectifs réalisables qui orientent la mise en place de processus. En cela, c’est un mouvement réel qui vise à améliorer les répercussions des entreprises.» 

Jean-Philippe Shoiry

En 2015, Jean-Philippe Shoiry et Vincent Fortin ont donc entamé, avec succès, les démarches en vue de la certification B Corp de Republik, qui est ainsi devenue la première agence de communication au Québec à l’obtenir. Cette étape franchie, les dirigeants, qui désiraient adopter de bonnes pratiques de gouvernance, ont décidé, par exemple, de consacrer des heures facturables au bénévolat auprès d’initiatives sociales et de mettre en place des processus pour réduire le gaspillage.

Retombées et croissance

À la suite de la mise en place d’un système de gestion guidé par la notion d’impact social et environnemental, Jean-Philippe Shoiry et Vincent Fortin ont voulu aller plus loin dans leur engagement. « Toutes les mesures prises concernaient les opérations, comme la vie au bureau ou les heures de bénévolat données à des causes, remarque Vincent Fortin. Nous voulions que ces notions soient maintenant au cœur de toutes nos actions, c’est-à-dire intégrées à notre offre de services. » 

C’est ainsi que Republik a annoncé, à la fin de 2018, sa décision de travailler uniquement pour des entreprises dites « responsables » à partir de 2021.

Plus précisément, les nouvelles entreprises clientes de l’agence devront passer un audit d’impact afin de dresser leur portrait. Une méthodologie d’évaluation des projets responsables a donc été créée conjointement avec le B Lab Canada. Afin de soutenir ces clients dans leur réflexion, ceux-ci seront également invités à suivre un atelier animé par Credo, une organisation spécialisée en accélération de changement social. 

Découvrir aussi : Comment Credo accompagne les entrepreneurs

Les clients actuels de Republik ont tous été avisés du plan, qui a été bien accueilli. Pour les dirigeants, cette approche permettra à la fois de répondre à un besoin d’affaires réel, celui de communiquer un message porteur, et de répondre au désir des employés de travailler à l’accomplissement d’une mission stimulante. « Une attitude responsable est pour plusieurs entreprises un facteur de croissance, puisque c’est un avantage concurrentiel, précise Jean-Philippe Shoiry. Mais c’est surtout, selon nous, l’avenir de notre domaine, car les entreprises, conscientes de la nécessité de véhiculer un message, devront savoir le communiquer adéquatement pour produire un impact. Nous pourrons, d’une part, mettre en contact ces marques et les consommateurs et, d’autre part, influencer les consommateurs à utiliser leur pouvoir d’achat judicieusement. »

Le processus de création de l’agence a également été revu afin de diffuser des histoires porteuses. Élaboré en 2016, le slogan « Parlons vrai » coïncide avec la démarche créative, qui consiste à définir des zones d’impact pour déterminer les histoires à raconter.

« En tant que citoyen, je sens que c’est vers ça que notre industrie doit aller, conclut Jean-Philippe Shoiry. Il faut trouver d’autres façons de faire du commerce, et tous ceux qui participent à cette recherche auront du succès. Nous avons là un nouveau marché à attaquer, et c’est intéressant de prendre des décisions cohérentes qui favorisent aussi la croissance. Dans notre modèle d’affaires, la croissance voudra désormais vraiment dire quelque chose, puisque nous participerons à un mouvement. »

L’entreprise en chiffres

25 : le nombre d’employés de l’agence
2 : la durée en années de la période de transition avant que l’entreprise travaille uniquement pour des annonceurs responsables

ENVIE D’EN SAVOIR PLUS?

Visitez le site Web de Republik

En couverture (de gauche à droite) : Jean-Philippe Shoiry et Vincent Fortin