Pratico-pratique · Lundi 12 septembre 2016

Le cybermentorat ou l’accompagnement en toute technologie

Pratico-pratique

Alors que nous vivons l’avènement des technologies de l’information, de plus en plus de Québécoises et Québécois font le choix du cybermentorat afin d’être conseillés et accompagnés dans un choix de carrière répondant le plus possible à leurs attentes. Fondatrice d’Academos, Catherine Légaré nous présente une nouvelle tendance en éducation et en orientation professionnelle, des domaines où le Québec fait figure de proue en Amérique du Nord.


Qu’est-ce que le cybermentorat?

Tutorat, accompagnement ou mentorat, les moyens d’aider les novices et d’encourager les néophytes sont nombreux. Sur fond de toile technologique, c’est l’altruisme et la réciprocité qui constituent les valeurs du cybermentorat. Plus que sur le savoir-faire, le cybermentorat mise sur le savoir-devenir. « Avec Academos, nous avons voulu amener ces valeurs sur Internet, explique Catherine Légaré. Nous avons transposé sur le web les vertus de la persévérance à l’école, de l’ouverture sur le monde et de l’accompagnement social. » Mieux adapté à la réalité d’une société québécoise 3.0, le cybermentorat est animé par la volonté d’affranchir l’apprenant et son mentor des frontières traditionnelles qui existent entre eux. Mme Légaré ajoute que « nous avons oublié combien un courriel est efficace et direct. Plus besoin d’organiser un rendez-vous ou une rencontre en personne. Le mentorat virtuel n’a jamais autant rapproché les gens. Le jumelage, le suivi ou les relances, dans le cadre du mentorat virtuel, jouissent de plus de souplesse et de flexibilité. »

Le Québec et le cybermentorat

Au Canada, l’entreprise québécoise Academos est la première en son genre. Ce réseau social est gratuit et accessible partout au Québec. « Au cours de la dernière année scolaire, de septembre 2014 à juin 2015 précise Catherine Légaré, nous avons travaillé auprès de 300 établissements scolaires. Nous comptons plus de 2 000 mentors, dont la moyenne d’âge est de 40 ans et qui accompagnent près de 23 000  inscrits. Avec notre nouvelle plateforme, nous connaissons une croissance mensuelle de 20 %. Grâce à son dynamisme, le Québec est fortement en avance sur le reste du Canada », affirme la fondatrice d’Academos. 

 

Avez-vous la fibre d’un cybermentor?

Selon l’une des principales idées préconçues, le cybermentorat exige beaucoup de temps. Or, grâce à la technologie, le cybermentor optimise l’utilisation de son temps et de son énergie et peut aller à l’essentiel. L’assiduité, comme d’autres valeurs humaines, est importante. Selon Catherine Légaré, « le cybermentor est une personne généreuse, patiente, authentique, intègre et humble. Le cybermentor souhaite léguer un héritage, améliorer le quotidien des générations futures. Humaniste, il doit être capable de lire entre les lignes puisque l’écrit est un vecteur de communication privilégié. Enfin, le cybermentor est réactif, en relation directe avec son environnement et les nouvelles technologies ».


Prêt à être un cybermentoré? 

Qui n’a pas rêvé d’être mieux guidé comme étudiant afin d’éviter certains chemins tortueux? On hésite toujours avant d’entreprendre une initiative de mentorat ou de cybermentorat. Pour qui cherche des liens durables mais flexibles, des valeurs constructives et humaines, le mentorat en ligne est un processus d’éducation atypique qui a fait ses preuves. L’aspect virtuel de cet accompagnement possède un avantage certain sur le mentorat traditionnel. Mme Légaré précise que « les technologies nous ont permis de mettre au point des algorithmes à partir des intérêts professionnels ou personnels affichés par les mentors et les mentorés. Nous tirons parti de suggestions de jumelage ciblé avec un degré de précision sans égal. Ce facteur est rassurant et primordial, car nous voulons favoriser des interactions profondes et denses. En 2015, plus personne n’a le temps de perdre son temps ».


Les enjeux du cybermentorat de demain

À l’heure actuelle, le cybermentorat est encore calqué sur le mentorat traditionnel, mais il doit s’en distinguer à mesure qu’il évolue. La technologie et les réseaux sociaux aideront à introduire cette nuance. Ainsi, le cybermentorat évoluera avec des plateformes favorisant toujours plus de mobilité et les fonctions vidéo qui devraient faciliter les échanges. En outre, les nombreuses données qui seront colligées devraient idéalement servir à mieux accompagner les participants.

Enfin, au sein d’Academos, Catherine Légaré et son équipe ont déjà ajouté un caractère ludique à la plateforme pour allier l’utile à l’agréable. « Nos participants remportent des badges, explique-t-elle, à mesure qu’ils remplissent des missions et progressent dans leur aventure de mentorat. Ce concept leur permet d’explorer la plateforme et des outils. Près de 61 % des inscrits sur notre site exécutent au minimum une action. L’exploration professionnelle doit rester divertissante et engageante. »


Envie d'en savoir plus? 

Visionnez la démo d’utilisation du site Academos

Futurs mentorés et mentors, intervenants scolaires, inscrivez-vous ou inscrivez votre organisme dès maintenant

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER