Pratico-pratique · Vendredi 6 novembre 2015

Le growth hacking ou le marketing adapté au web

Pratico-pratique

Contenu présenté par

Tendance forte apparue en 2010 dans la Silicon Valley, le growth hacking séduit les entrepreneurs qui se lancent sur la toile et les jeunes start-ups. Cet ensemble de tactiques non conformistes utilise un minimum de ressources et vise une croissance des revenus exponentielle en améliorant le trafic des plateformes web. Plus qu’une nouvelle discipline, il s’agit d’un véritable état d’esprit.

Le growth hacker a pour objectif la croissance fulgurante de son entreprise sur Internet. Il est donc constamment à la recherche de moyens efficaces pour atteindre son but et se pose des questions telles que « Si j’ai 10 000 utilisateurs sur mon site Web, que dois-je faire pour en avoir 100 000 ? » Il essaie des façons de faire originales qui visent non seulement à attirer des visiteurs sur son site Web, mais surtout, à faire en sorte que ces visiteurs se convertissent en acheteurs et qu’ils invitent ensuite d’autres personnes à en faire autant.

Vers un marketing de données

N’est-ce pas là le principe même du marketing ? Sylvain Carle, directeur général de FounderFuel, un accélérateur de start-up, et associé chez Real Ventures, un fonds d’investissement privé, estime que la grande différence entre le growth hacking et le marketing traditionnel réside dans l’analyse des comportements des consommateurs en temps réel ou presque.

La croissance comme objectif

Résultats en main, vous pouvez alors rapidement ajuster le tir et adopter des stratégies encore plus efficaces plutôt que d’attendre la fin d’une campagne de marketing pour en évaluer la portée. « Tout doit être mesurable et instrumenté. Chaque offre doit être un lien que le visiteur peut cliquer et il faut être capable de mesurer s’il le fait. Puis, on corrige et on corrige encore, afin d’augmenter sans cesse le nombre d’utilisateurs. L’entrepreneur doit en arriver à comprendre ce qui, sur son site, réussit à les convaincre d’acheter. » À cette fin, M. Carle vous conseille de lire Lean Analytics – Use Data to Build a Better Startup Faster, écrit par les Montréalais Alistair Croll et Benjamin Yoskovitz.

Envie d’en savoir plus?

Consultez l’article complet sur le site Jecomprends.ca de la Banque Nationale

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER