Histoires d'entrepreneurs · Vendredi 1 septembre 2017

Blanc de gris : cultiver la différence avec des champignons

L’histoire de Lysiane Roy-Maheu

Faire pousser des pleurotes au cœur de Montréal sur du compost à base de café : c’est le pari un peu fou que sont en train de réaliser Lysiane Roy-Maheu et son associée Dominique Lynch-Gauthier. Blanc de gris ne cesse de grandir et démontre que l’agriculture urbaine représente un terreau fertile à l’entrepreneuriat.

Si on avait dit à Lysiane Roy-Maheu qu’elle évoluerait en myciculture et qu’elle cofonderait une champignonnière de pleurotes dans le quartier Hochelaga, elle ne l’aurait jamais cru. C’est pourtant bien ce qui occupe à temps plein la jeune et dynamique Montréalaise depuis 2013.

Trouver sa voie dans l’entrepreneuriat

Lysiane Roy-Maheu a toujours été une aventurière. Elle a cumulé les expériences enrichissantes sans jamais renoncer à trouver sa voie : restauration, ébénisterie d’art, Accrobranche au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le lancement de l’entreprise Prana fondée par Marie-Josée Richer, une amie d’enfance, a semé une première graine entrepreneuriale en elle.

Lysiane a tiré de ces années une volonté et une détermination sans faille qui lui ont permis de trouver un projet dans lequel s’épanouir. C’est son amie Dominique Lynch-Gauthier qui lui a présenté l’idée de cultiver des champignons au cœur de Montréal. D’abord dubitative, elle s’est laissée convaincre et a finalement décidé d’embarquer dans l’aventure.

Crédit photo: Didier Patrice

« Être entrepreneur, c’est se lancer dans le vide. L’idéal est de se lancer dans l’inconnu avec un filet de sécurité. Tout est une question de timing, il faut se donner le temps. »

Myciculture écologique et économie circulaire

Le modèle de Blanc de gris est innovant. Rien ne se perd, tout se transforme. Ainsi, les deux associées pasteurisent un substrat de compost constitué d’intrants divers (paille, drêche de bar et surtout, marc de café) avant d’y ajouter le mycélium de pleurotes et d’incorporer le tout dans des chaudières blanches placées dans des chambres de culture. Quatre à cinq semaines plus tard, la magie opère et la récolte est prête. Sur une base hebdomadaire, ce sont 200 kg de pleurotes qui sont récoltés et appréciés des restaurateurs montréalais qui reconnaissent la qualité et la fraîcheur de la production.

C’est dans le processus de pasteurisation que Blanc de gris innove. L’entreprise, en partenariat avec une compagnie québécoise, a mis au point un pasteurisateur qui permet d’éliminer tous les micro-organismes en un temps record : quelques heures quand il faut généralement plus de deux jours pour certaines champignonnières.

Les entrepreneurs du Québec sont bien entourés

Lysiane Roy-Maheu a le triomphe modeste et reconnaît volontiers avoir été très bien accompagnée. Elle a d’abord profité des conseils éclairés de son amie de toujours, Marie-Josée Richer de Prana. Puis elle a bénéficié de l’accompagnement de la Fondation Montréal inc. – Blanc de gris a bénéficié du réseau d’affaires de la fondation ainsi que d’une bourse. L’entreprise a notamment pu concevoir sa convention d’actionnaire gratuitement et rencontrer des mentors dans l’industrie agroalimentaire. Il y a enfin la famille qui est toujours présente et ne manque pas de veiller sur l’entrepreneure parfois surmenée.

Lorsqu’on aborde avec elle les prochaines étapes pour Blanc de gris, la réponse de Lysiane ne se fait pas attendre : « Il faut standardiser notre production pour avoir un réassort régulier. Nous devons aussi nous diversifier. Nous sommes en train de commercialiser des pleurotes déshydratés. On regarde aussi du côté des fleurs comestibles et de l’agriculture horizontale. Nous devons sans cesse innover. » Avec Blanc de gris, l’agriculture urbaine peut voir la vie en rose.

Blanc de gris en chiffres

  • 30 : le nombre de restaurants clients de Blanc de gris
  • 4600 : la surface de la champignonnière, en pieds carrés
  • 15 : le volume de pleurotes produits chaque année, en tonnes

Envie d’en savoir plus?

Visitez le site Web de Blanc de gris

 

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER