Histoires d'entrepreneurs · Lundi 7 mars 2016

Géo’Graph repense le territoire québécois

L’histoire de Marianne Mathis

Pour Marianne Mathis, l’aventure entrepreneuriale est animée, à la base, par une conviction : le territoire est une ressource précieuse. Avec Géo’Graph, la Trifluvienne a décidé de planifier et d’aménager de façon réfléchie et durable l’espace québécois afin d’encourager le développement régional.

C’est en grandissant sur une ferme laitière que la native du Centre-du-Québec se sensibilise aux problématiques agricoles ainsi qu’aux défis du développement régional et de l’aménagement du territoire. C’est donc presque naturellement que Marianne Mathis fonde Géo’Graph, une société de services-conseils spécialisée dans la planification du territoire et dans la géomatique, discipline qui regroupe l’ensemble des techniques d’intégration et d’analyse de données géographiques.

Une entrepreneure qui veut changer le monde...

L’idée de Géo’Graph lui vient alors qu’elle est encore étudiante. Pendant ses études de baccalauréat en géographie à l’Université Laval, Marianne Mathis est conseillée par Entrepreneuriat Laval et profite du coaching et du mentorat du SAJE.

Lorsqu’elle constitue l’entreprise avec son associé en mai 2012, Marianne Mathis décide de s’établir en Mauricie. La société accompagne et outille les municipalités dans leur développement rural et urbain afin de générer des retombées positives sur le plan du développement régional. Pour Géo’Graph, il n’est pas de développement sans respect ni protection de l’environnement, sans préservation des ressources naturelles.

... face aux changements de la vie

Dès la première année d’exploitation, Marianne Mathis tombe enceinte. C’est ce qui l’a incitée à élaborer des mesures de conciliation travail-famille au sein de son entreprise comme la possibilité de télétravailler d’un bureau-satellite.

“ Tomber enceinte n’était pas prévu dans le plan d’affaires. Nous avons dû mieux nous organiser pour conjuguer mon nouveau rôle de mère avec celui d’entrepreneure. ”

— Marianne Mathis

Marianne Mathis franchit une autre étape dans son parcours entrepreneurial quand, en 2014, son associé quitte la société. « Le départ de mon associé a été un moment charnière, un grand défi pour la jeune entrepreneure que j’étais, se remémore-t-elle. Il a fallu tout réorganiser, revoir les tâches, et nous entourer de conseillers et d’employés qui s’investissent dans le développement de l’entreprise. Ça m’a donné l’occasion de mener une réflexion stratégique, deux ans après le démarrage de l’entreprise. »

La géographe forme alors une équipe multidisciplinaire, et la réputation de l’entreprise commence à s’étoffer. « Les MRC commencent à nous connaître, constate-t-elle. Nous sommes bien ancrés dans l’axe Mauricie–Centre-du-Québec. D’ici 2020, je souhaite que Géo’Graph soit connu à la grandeur du Québec et au-delà de la province. »

Des erreurs nécessaires

Lorsqu’elle évoque son parcours, Marianne Mathis reconnaît avoir commis quelques erreurs. « Comme entrepreneur, on est souvent dans l’action, pris dans le tourbillon des journées. Il y a des moments où il vaut mieux s’éloigner un peu de l’effervescence pour mieux soupeser ses décisions, notamment pour le recrutement ou la définition des stratégies de l’entreprise. Lorsqu’on se projette dans l’avenir, on évite de perdre trop de temps. »

En pensant à l’avenir et à tous ces territoires à mettre en valeur, Marianne garde le sourire, sans perdre la carte. Avec passion et implication.

Géo’Graph en chiffres

  • 5 : le nombre d’employés de Géo’Graph (3 à temps plein, 2 à temps partiel)
  • 3 : le nombre de bureaux que possède la société (Trois-Rivières, Québec et Montréal)
  • 20 000 : les kilomètres parcourus par l’équipe de Géo’Graph en 2015, soit la moitié de la circonférence de la planète

Envie d’en savoir plus?

Visitez le site Web de Géo’Graph

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER