Histoires d'entrepreneurs

KROME : bâtir l’efficacité énergétique au Québec, L’histoire de Sandrine Tremblay

KROME : bâtir l’efficacité énergétique au Québec

L’histoire de Sandrine Tremblay

Sandrine Tremblay a cofondé KROME avec son associée Myrielle Robitaille en 2016. Leur entreprise qui connaît déjà une belle croissance se spécialise dans l’efficacité énergétique du bâtiment. Rencontre avec une entrepreneure qui se réjouit de voir le Québec devenir un chef de file dans le domaine.

Avec un père ingénieur en mécanique du bâtiment, Sandrine Tremblay développe très tôt un intérêt pour le domaine et décroche un baccalauréat en génie mécanique de l’Université Laval. Après une première expérience dans le secteur de l’efficacité énergétique en Ontario pour parfaire son anglais, elle revient dans la Belle Province pour occuper un poste de directrice de projet dans une firme de génie-conseil.

Elle gravit les échelons au sein de l’entreprise sans jamais perdre l’envie de se lancer à son compte, ce qu’elle fera en janvier 2016. La particularité du parcours entrepreneurial de Sandrine Tremblay réside dans le processus quasi scientifique qu’elle applique avant de faire le grand saut.

En effet, l’entrepreneure n’hésite pas à passer une batterie de tests psychologiques et à consulter un professionnel en psychologie organisationnelle et coaching de vie. « Je voulais être certaine que j’allais être heureuse comme entrepreneure, explique-t-elle. Les résultats des tests psychométriques étaient on ne peut plus clairs : il fallait que je travaille à mon compte pour être heureuse dans la vie. J’aime m’entourer de professionnels. »

Découvrez aussi : Comment Ubios rend les bâtiments intelligents

Sandrine Tremblay consacre au total deux semaines complètes à ces tests dont la conclusion est sans équivoque : elle est faite pour être entrepreneure. Les statuts de KROME sont déposés en janvier 2016, un premier client est mis sous contrat en février de la même année et, en juin 2016, le projet Plaza Côte-des-Neiges débute. Un premier gros contrat après cinq mois d’existence — l’équipe de KROME n’a pas perdu de temps.

« La réussite entrepreneuriale n’est pas nécessairement le reflet des qualités ou du talent d’un individu. Le succès en affaires, c’est juste de la persévérance et du bonheur. Nos choix doivent nous rendre heureux, pas uniquement nous faire faire de l’argent. »
— Sandrine Tremblay

Le Québec, pionnier de l’efficacité énergétique

Au Québec, le marché de l’efficacité énergétique est très dynamique et très en avance sur le reste du Canada et des États-Unis. Il représente 100 millions de dollars en contrats publics par an.

Après avoir travaillé pour des commissions scolaires et des hôpitaux, KROME s’intéresse aux besoins des petits et moyens propriétaires d’édifices commerciaux et multirésidentiels. Ce marché privé étant émergent, l’entreprise doit adapter son modèle d’affaires.

En construction et en mécanique du bâtiment, le modèle est traditionnel : un client mandate un ingénieur pour faire un diagnostic, définir un concept, des plans et des devis. À partir de cette information, le client formule un appel d’offres avant d’arrêter son choix sur une firme, sans vraiment être informé des dépassements de budgets potentiels et des problèmes connexes. Le client assume tous les risques.

KROME fonctionne différemment. Dès les premiers contacts avec le client, l’entreprise présente une évaluation des coûts de construction, les économies d’énergie estimées et les subventions potentielles. La firme montréalaise garantit le montage financier coûte que coûte. Si certaines subventions ne sont pas obtenues, c’est KROME qui en assume la responsabilité. L’entreprise est ferme : il n’y a jamais d’extra une fois que le client s’est engagé. « C’est le même principe pour le chantier de l’échangeur Turcot : les coûts et les échéanciers sont garantis pour 20 ans. Nous avons le même modèle avec nos clients et nous fonctionnons en toute transparence », souligne Sandrine Tremblay.

Ce modèle connaît un succès qui ne se dément pas, comme en témoigne un chiffre : depuis sa création, grâce aux émissions de gaz à effet de serre évitées par ses clients, KROME a retiré virtuellement 400 automobiles de la circulation. En près de deux ans, c’est presque l’équivalent d’une voiture tous les deux jours. 

Une proximité avec la clientèle

Habituellement, les clients potentiels de KROME reçoivent un bilan énergétique du bâtiment. Puis la demande est analysée. Cette démarche de vente est réalisée gratuitement sans engagement de la part du client, à qui l’on propose un projet rapidement.

Reste ensuite à définir les besoins précis. Sur le plan financier bien sûr, mais surtout les objectifs techniques : souhaite-t-on éliminer une odeur au rez-de-chaussée, améliorer une ventilation en hiver ou la qualité de l’air?

Dans un avenir proche, KROME comptera une quinzaine d’employés et sa fondatrice projette d’attaquer des marchés en Ontario et aux États-Unis. La mission de la société restera la même : sauver la planète en maximisant l’efficacité énergétique, un bâtiment à la fois.

KROME en chiffres

  • 40 : le nombre de clients de KROME
  • 2,2 : le chiffre d’affaires de l’entreprise en millions de dollars
  • 400 : l’équivalent du nombre d’automobiles retirées de la circulation en réduisant les gaz à effet de serre chez les clients de KROME 

Envie d’en savoir plus?

Visitez le site Web de KROME