Histoires d'entrepreneurs · Lundi 20 mars 2017

Oser repartir au bas de l’échelle

L’histoire de Sébastien Moreau

Sébastien Moreau avait une carrière prometteuse et un salaire très enviable comme artiste d’effets spéciaux, mais il a choisi de faire le grand saut en créant son entreprise Rodeo FX. Le studio québécois d’effets visuels numériques s’est aujourd’hui taillé une solide réputation qui lui permet de contribuer à des superproductions cinématographiques et télévisuelles. 

Comme c’est souvent le cas en affaires, l’histoire de cette réussite a commencé par une occasion saisie au vol. C’était en 2006. Sébastien Moreau était l’un des artistes visuels les plus en vue en Californie. Il avait travaillé pour les plus grands studios et pour des productions comme La Guerre des étoiles et Le Seigneur des anneaux. Lorsqu’un collègue lui a annoncé qu’il s’apprêtait à tourner à Montréal, Sébastien Moreau lui a proposé les services de son entreprise… qu’il n’avait pas encore fondée!


« Je n’avais pas d’enfant, pas de condo, pas de femme. Je me suis dit que, même si j’investissais mes économies personnelles et que je me cassais la gueule, je pourrais recommencer à zéro.  »

Un entrepreneur inspiré

Il a alors quitté ses fonctions d’artiste en effets spéciaux au renommé studio Industrial Light and Magic (ILM) de George Lucas pour revenir au Québec et y fonder Rodeo FX. C’est ainsi qu’a commencé une aventure entrepreneuriale dont le succès ne se dément pas et qui fête cette année son dixième anniversaire.

« J’avais une vision et j’étais déterminé. J’ai écouté mon instinct, mais j’étais conscient de ne pas être en mesure de tout maîtriser », se souvient Sébastien Moreau. « Les premiers investisseurs que j’ai rencontrés, poursuit-il, m’ont expliqué qu’ils n’investissaient pas dans des faillites… L’entrepreneur doit suivre son instinct tout en prenant soin de bien s’entourer. »

Sébastien Moreau a donc fait appel à un conseil consultatif. Ensemble, ils ont mis en place une structure financière solide qui a permis à Rodeo FX de s’engager dans des projets ambitieux.

« Rodeo FX a commencé tranquillement. La vitesse de la croissance doit correspondre aux moyens de l’entreprise. C’est comme en escalade : il faut saisir et s’accrocher à la prise avant de penser à la prochaine », illustre Sébastien Moreau.

Rodeo FX, laboratoire de l’innovation collaborative

Dans un marché ultraconcurrentiel en constante évolution, une société comme Rodeo FX doit sans cesse innover pour rester à la fine pointe de la technologie. Le studio montréalais compte ainsi sur 30 programmeurs qui se consacrent à la recherche et au développement, et qui améliorent sans cesse les outils numériques de l’entreprise. C’est à cette réflexion logicielle que Rodeo FX doit sa réputation d’excellence.

Fait surprenant, le studio n’hésite pas à collaborer avec des concurrents afin d’améliorer les outils de production. Cette tendance dans l’industrie des effets spéciaux n’est pas nouvelle. « Nous sommes avant tout des artistes et nous faisons face à des difficultés similaires, explique simplement Sébastien Moreau. Lorsque nous décidons de travailler de concert avec Pixar ou ILM, nous cherchons à résoudre les mêmes problèmes. Pourquoi ne pas le faire en synergie? »

Consulter aussi  : Savoir saisir les occasions d'affaires

Le Québec à la fine pointe des effets spéciaux dans le monde

Aujourd’hui, Rodeo FX est l’une des sociétés les plus en vue dans le domaine des effets spéciaux. La société joue dans les ligues majeures. Elle vient de signer les effets spéciaux de Valérian et la cité des mille planètes, dernier film de Luc Besson, dont le budget de 197 millions d’euros en fait le film le plus cher de l’histoire du cinéma français. HBO, Universal et Warner Brothers figurent dans le portefeuille de clients de la firme montréalaise. Le succès de Rodeo FX est aussi reconnu par ses pairs, comme en témoignent les trois prix Emmy remportés consécutivement pour sa contribution à la série télévisée Le Trône de fer. Le travail de l’entreprise montréalaise a également retenu l’attention du milieu et du public dans le film Arrival de Denis Villeneuve. 

La réussite de son entreprise, Sébastien Moreau la doit d’abord à des équipes hautement compétentes, formées au sein d’excellents établissements québécois.

« Avec une telle croissance, une de nos principales difficultés est la gestion des talents. Le Québec possède d’excellents programmes de formation s’appuyant sur une tradition qui allie aisance créative et finesse technique. Mais bien que les talents foisonnent, il n’est pas toujours facile de les retenir », précise Sébastien Moreau. 

Rodeo FX continue de récolter les honneurs et n’a pas fini de faire parler d’elle. On peut dire que Sébastien Moreau, qui a tout quitté pour se lancer en affaires, connaît une belle ascension! 

Rodeo FX en chiffres

  • 350 : le nombre d’employés de l’entreprise, répartis dans ses 3 bureaux (Montréal, Québec et Los Angeles)
  • 50 : le chiffre d’affaires en millions de dollars
  • 76 % : le taux de croissance annuel du studio
  • 30 : le nombre de programmeurs voués à la recherche et au développement

Envie d’en savoir plus?

Visitez le site Web de Rodeo FX

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER