Histoires d'entrepreneurs

Eugeria: gagner à bien vieillir, L’histoire de Valérie Larochelle

Vendredi 30 novembre 2018

Eugeria: gagner à bien vieillir

L’histoire de Valérie Larochelle

Pour Valérie Larochelle, il était temps que le monde de l’entrepreneuriat s’intéresse au sort des personnes âgées et de leurs proches. Son entreprise, Eugeria, réussit le pari de contribuer à changer positivement la vie des gens en perte d’autonomie grâce à une approche axée sur la personne. 

Au printemps 2017, Valérie Larochelle, Quoc Dinh Nguyen et Roslane Aouameur, en quête d’un projet entrepreneurial qui leur permettrait d’unir leurs forces, se sont retrouvés autour d’un café pour réfléchir. Après plusieurs années passées à l’étranger, Valérie Larochelle était de retour à Montréal et travaillait à son compte comme consultante. Quoc Dinh Nguyen, qui est l’un des rares gériatres au Québec, venait de terminer une maîtrise en santé publique à la Harvard University. Quant à Roslane Aouameur, il partageait son temps, comme banquier d’affaires, entre Toronto et New York. Ce dernier vivait loin de ses parents, qui commençaient à montrer des signes de vieillissement. C’est tandis qu’ils discutaient des enjeux liés à l’accompagnement de personnes âgées en perte d’autonomie et à l’adaptation nécessaire pour permettre à celles-ci de rester chez elles le plus longtemps possible que le déclic s’est opéré chez les trois amis, qui se connaissent depuis le cégep. Ils venaient de trouver la grande idée.

La plateforme Web Eugeria est née d’un constat : les aînés forment un segment du marché sous-exploité par les entrepreneurs, bien qu’ils représentent une partie importante de la population et que leur nombre ne cesse de croître. En effet, le vieillissement démographique s’accélérera au cours des prochaines années, aussi bien au Québec que dans la plupart des autres pays industrialisés. « Notre but, en créant Eugeria, était de donner des outils aux personnes âgées et à leurs proches afin de prévenir et de compenser la perte d’autonomie, tout en offrant un accès simplifié à des produits et services spécialisés », explique Valérie Larochelle. 

La solution d’Eugeria se décline en trois volets : dans le premier, un questionnaire conçu par des experts de la santé permet d’évaluer les besoins des personnes âgées et des proches aidants. Dans le deuxième volet, on publie régulièrement des articles d’information sur le site afin d’expliquer certains des aspects et problèmes éventuels du vieillissement, par exemple la différence entre la maladie d’Alzheimer et la démence. Enfin, le troisième volet propose un répertoire intelligent des produits et services spécialisés sélectionnés avec soin par l’équipe d’Eugeria. Le but est de couvrir quatre dimensions essentielles de la vieillesse du point de vue de la personne âgée : mobilité, perte de mémoire, vie quotidienne et soutien aux proches. La démarche d’Eugeria est d’abord et avant tout axée sur la personne, même si elle prend aussi en compte le fait qu’il s’agit d’une problématique collective. 

Des expertises complémentaires pour une vision d’entreprise holistique

Quand elle s’est lancée dans les affaires avec Quoc Dinh Nguyen et Roslane Aouameur, Valérie Larochelle possédait déjà une solide formation en gestion d’affaires et de l’expérience terrain en la matière. Après avoir étudié en ressources humaines à l’École de gestion John Molson de l’Université Concordia et obtenu un baccalauréat en commerce, elle a d’abord travaillé pour une grande firme, ce qui l’a amenée à voyager aux quatre coins du monde, de la Chine aux États-Unis en passant par l’Australie. Elle a d’ailleurs été recrutée dans ce pays par une grande entreprise, dont elle a dirigé une usine de production minière dans le Queensland pendant deux ans. « C’est à ce moment-là que j’ai eu la piqûre de l’entrepreneuriat, se souvient-elle. J’avais beaucoup d’idées en tête, mais ce n’est pas avant mon retour au Canada pour travailler à mon propre compte que j’ai commencé à y songer plus sérieusement. »

Le trio qu’elle forme avec Quoc Dinh Nguyen et Roslane Aouameur possède toutes les qualités nécessaires pour réussir à concrétiser sa vision en ce qui a trait aux aspects médical, opérationnel, stratégique et financier. Dès le départ, les entrepreneurs ont établi clairement qu’Eugeria devait adopter une approche holistique qui prend en compte l’avis de tous ceux et celles qui sont impliqués dans les soins offerts aux personnes en perte d’autonomie — aussi bien les proches aidants que les médecins généralistes, les ergothérapeutes ou les travailleurs sociaux. En outre, l’entreprise devait surtout bien comprendre les besoins des aînés, qui peuvent être multiples. « Contrairement aux autres entreprises en démarrage qui utilisent des outils et approches comme la gestion allégée (lean) pour s’améliorer continuellement, nous ne pouvons pas nous permettre de procéder par essais et erreurs, affirme Valérie Larochelle. Si quelqu’un vit plusieurs problématiques (une mobilité réduite et des difficultés nutritionnelles, par exemple), il faut les traiter toutes en même temps. C’est un défi supplémentaire, mais savoir y répondre est vraiment ce qui fait la force d’Eugeria. » 

Miser sur l’innovation pour repenser le vieillissement

Les défis sont nombreux pour la jeune entreprise, mais Valérie Larochelle est confiante. Eugeria compte d’abord étoffer son offre de produits et services dans la région de Montréal, puis exporter ce modèle dans d’autres villes en tenant compte des particularités de chaque lieu. 

Et les trois cofondateurs ne manquent pas d’ambition. Pour Valérie Larochelle, il s’agit de miser sur l’innovation pour transformer notre rapport à la vieillesse. « Nous croyons qu’ensemble, nous pouvons repenser le vieillissement. La science évolue rapidement, on note une amélioration importante de l’espérance de vie. Dans ce contexte, il faut donc se poser la question : comment peut-on bien et mieux vieillir? Il n’y a pas de solution parfaite, mais Eugeria propose une approche humaine pour permettre à nos aînés de vieillir dans la plus grande dignité. Et je crois que ça vaut vraiment la peine de se casser la tête pour cela. »

 

Eugeria en chiffres :

3 : le nombre d’employés à temps plein, qui sont épaulés par 3 salariés à temps partiel

60 : le nombre de partenaires associés à Eugeria

11 000 : le nombre de sessions ouvertes sur la plateforme depuis le début de la phase bêta amorcée en août 2018, selon Google Analytics

 

Envie d’en savoir plus?

Visitez le site Web de Eugeria.



À l'agenda