Billets d'entrepreneurs

Woodstock & cie : inspirer le changement, Le billet de Catherine Tapin

Woodstock & cie : inspirer le changement

Le billet de Catherine Tapin

Woodstock & cie fabrique et vend en ligne des meubles de bois massif, faits partiellement sur mesure et entièrement au Québec. Catherine Tapin, cofondatrice de l’entreprise, s’est donné comme mission d’éliminer tous les intermédiaires entre le fabricant et le consommateur afin d’offrir des meubles en bois massif au goût du jour et de qualité supérieure à des prix justes, tout en incitant les gens à consommer de façon responsable.

Qui peut devenir entrepreneur?

Si on m’avait rencontrée à pareille date l’année dernière et qu’on m’avait dit que, durant la prochaine année, j’allais cofonder ma propre entreprise avec mon amoureux, je n’y aurais probablement jamais cru. Et si on m’avait dit que j’allais être à la tête d’une entreprise de fabrication de meubles, j’aurais probablement ri un petit peu!

Je ne crois pas qu’il existe un profil type pour être entrepreneur. Entre l’école secondaire et la maîtrise, j’ai probablement changé d’orientation une vingtaine de fois et je vous assure que l’idée de devenir entrepreneure ne m’a jamais effleuré l’esprit. J’étais très loin d’avoir la fibre entrepreneuriale, dont on entend parler si souvent. J’étais plutôt introvertie, douce, rationnelle et pragmatique.

Comment suis-je devenue entrepreneure?

À l’été 2017, mon conjoint Philippe me parlait de son envie de fonder une entreprise depuis quelques semaines déjà, voire quelques mois. Nous passions des journées entières à en jaser et à lancer des idées sur le sujet; je me plaisais à l’accompagner dans sa tentative de réaliser son rêve. Un jour, il m’a fait la grande demande. Non, il ne m’a pas demandée en mariage, mais c’était tout comme! Il m’a proposé d’embarquer avec lui dans son aventure entrepreneuriale à titre d’associée et de cofondatrice. Il voulait que son projet soit le nôtre en parts égales! Sa proposition : démissionner de nos emplois respectifs et nous investir tous les deux à 100 % dans une entreprise que nous allions créer à notre image. Moins de deux jours de réflexion plus tard, j’ai suivi mon instinct : j’ai dit oui, j’ai remis ma démission à mon employeur et j’ai fait le saut avec lui!

Mes parents, bien qu’ils soient les plus compréhensifs et les plus encourageants du monde, ont dû se pincer légèrement — et avec raison ! — lorsque je leur ai annoncé que je quittais mon emploi et que je me lançais dans les affaires. Sauf que, ce jour-là, j’ai senti le déclic s’opérer. Une petite voix dans ma tête m’indiquait un chemin, que j’ai suivi tout simplement. C’est ce qu’on appelle l’instinct. Je crois que, pour être heureux dans la vie, on doit savoir déceler les occasions susceptibles de nous permettre de nous réaliser pleinement. Pour ce faire, on doit, premièrement, être à l’écoute de soi et savoir ce qui fait vibrer sa fibre intérieure et, deuxièmement, être en mesure de trouver un projet qui correspond parfaitement à ses valeurs.


Pourquoi suis-je devenue entrepreneure?

Pour ma part, ce qui m’a tout de suite séduite dans l’idée de bâtir notre propre entreprise, c’était la possibilité d’intégrer la notion d’authenticité dans mon travail. Bâtir une entreprise à l’image de mon conjoint et de moi-même, voilà qui devenait intéressant. Une entreprise faite sur mesure pour nous, un projet qui nous permettrait de faire ressortir le meilleur de chacun de nous pour l’offrir ensuite à autrui.

Notre idée de base était certes de fabriquer des meubles, mais en réalité, nous voulions faire bien plus que ça. Le but ultime était de créer une entreprise dont la philosophie serait à la hauteur de nos ambitions, de fonder quelque chose de rafraîchissant, de différent — bref, de lancer une entreprise qui fait du bien!


Faire autrement pour inspirer le changement

Nous avons donc fondé Woodstock & cie avec un but en tête : inspirer le changement. Nous ne voulions pas faire comme les autres, mais plutôt faire complètement l’opposé! 

1- Créer une marque

Nous avons commencé à réaliser notre projet d’entreprise en créant une marque forte, dotée d’une âme et animée par des valeurs inspirantes, parce que nous nous sommes dit qu’ensuite, tout le reste allait s’enchaîner naturellement. Nous nous sommes donc amusés à créer l’univers de notre marque, ce qui nous permet d’être 100 % authentiques. En misant sur des valeurs telles que le respect, l’authenticité, la convivialité et l’environnement, nous nous assurons de pouvoir remplir notre mission, soit d’inspirer le changement.

2- Revoir le modèle d’affaires

Nous nous sommes ensuite penchés sur le modèle d’affaires traditionnellement utilisé dans l’industrie du meuble. Actuellement, plusieurs intermédiaires interviennent dans la chaîne, ce qui fait que, finalement, le prix payé par les consommateurs pour un meuble est beaucoup trop élevé à notre avis. Nous avons décidé de faire l’inverse du modèle d’affaires traditionnel en éliminant tous les intermédiaires entre le fabricant (nous) et le client. Nous pouvons ainsi fixer les prix de façon indépendante et nous assurer qu’ils sont justes. Nos meubles ne sont jamais vendus au rabais, car les prix sont bien établis dès le départ. Les réductions incitent à l’achat, mais nous désirons plutôt favoriser les achats responsables et réfléchis.

3- S’impliquer socialement

Enfin, parce que nous avons tous les deux à cœur la santé de notre planète et que nous sommes très conscients de notre impact environnemental, nous tentons de réduire notre empreinte carbone au maximum. Nous nous sommes notamment engagés à faire planter cinq arbres par meuble vendu en plus de nous approvisionner seulement en essences de bois indigènes (c’est-à-dire à choisir des sortes de bois originaires de notre pays), comme l’érable, le noyer, le frêne et le chêne. En réduisant au minimum le transport de la matière première que nous utilisons, nous réduisons grandement l’incidence de nos activités sur l’environnement.

En tant qu’entrepreneur, on possède une voix plus puissante que celle d’un particulier. Je crois personnellement qu’il est primordial de prendre son rôle social au sérieux et de s’investir à fond dans sa communauté afin d’y devenir un vecteur de changement. J’ai toujours été une personne très optimiste et j’aimerais un jour arriver à changer le monde — du moins, arriver à influencer ne serait-ce que quelques personnes pour les amener à développer leur conscience sociale. À mon avis, la meilleure façon d’y arriver est de prêcher par l’exemple, et c’est ce que j’essaie de faire, jour après jour. Donner le meilleur de moi-même permet d’inspirer le changement!