Histoires d'entrepreneurs

OLA Bamboo: démocratiser l’approche écologique, L’histoire de Jean-Philippe Bergeron, Vicky Jodry et Simon-Pier Ouellet

Vendredi 23 août 2019

OLA Bamboo: démocratiser l’approche écologique

L’histoire de Jean-Philippe Bergeron, Vicky Jodry et Simon-Pier Ouellet

Pour le trio d’entrepreneurs derrière OLA Bamboo, la création d’une brosse à dents biodégradable fut le début d’une aventure pour trouver des solutions de rechange durables aux objets éphémères du quotidien. 

Lorsqu’une partie de l’entourage de Vicky Jodry, Jean-Philippe Bergeron et Simon-Pier Ouellet décide d’opter pour un mode de vie zéro déchet, ils se disent qu’il est temps pour eux de s’y mettre aussi – sans penser qu’ils viennent de trouver le déclencheur pour se lancer en affaires. « Nous avons commandé une brosse à dents en bambou sur Internet, mais nous n’étions pas satisfaits du résultat » explique Vicky Jodry. « Avec les frais d’expédition, une simple brosse à dents coûtait plus de 30 $, sans compter que l’expérience de brossage n’était pas à la hauteur de nos attentes. C’est à ce moment-là que nous nous sommes demandés :  Pourquoi ne pas créer la nôtre? » À l’époque, Vicky est animatrice de radio à Rouge FM, tandis que son conjoint Jean-Philippe est passé à l’enseignement dans les écoles francophones de l’Ontario et que leur ami Simon-Pier est journaliste à TVA. Il leur faudra moins de trois ans pour faire le saut dans le monde de l’entrepreneuriat à temps plein grâce à OLA Bamboo, l’entreprise qu’ils ont mise sur pied en 2016 et qui offre toute une panoplie de produits biodégradables – de la brosse à dents en bambou à la soie dentaire écologique, en passant par des pailles, des ustensiles et même des tampons démaquillants réutilisables.

Miser sur le vert, une stratégie gagnante au succès inattendu

Ils effectuent leurs propres recherches pour créer un prototype de brosse à dents en bambou et reçoivent l’appui du Centre local de développement (CLD) de Gatineau. Puisque les brosses à dents font partie des instruments médicaux réglementés par Santé Canada, l’équipe collabore étroitement avec des dentistes et des experts du milieu de la santé pour améliorer leur modèle. « Tous nos produits sont conçus sur le même principe : une recherche initiale, un premier modèle, et puis une série de modifications d’après les commentaires de professionnels jusqu’à l’obtention d’un produit final. Notre approche n’est jamais figée dans le béton, et comme les technologies changent rapidement, on veut s’assurer d’être constamment à l’affût des nouveautés » explique Jean-Philippe Bergeron.

Ils s’enquièrent ensuite auprès de fournisseurs potentiels. Comme le matériau qui les intéresse provient de la Chine, Jean-Philippe Bergeron et Simon-Pier Ouellet n’hésitent pas à s’y rendre pour en apprendre davantage. « Même sans expérience dans le domaine, nous avons trouvé un fournisseur qui a accepté de produire notre modèle. Pour nous, il était essentiel de nous assurer que les gens avec qui nous faisions affaire offraient un environnement de travail éthique et responsable » indique Jean-Philippe Bergeron. Ils optent pour le bambou moso, une plante qui pousse très rapidement (en huit ou neuf semaines seulement), sans produits chimiques, et qui n’est pas consommée par les pandas. Une première commande est passée pour tester le marché en septembre 2016 : plus de 2000 brosses à dents sont produites, que les trois entrepreneurs comptaient vendre avent Noël cette année-là. Le stock est cependant écoulé en une seule semaine, et uniquement par les commandes en ligne. Visiblement, le virage écologique suscite l’intérêt des consommateurs. 

Des solutions pour croître en répondant à la demande

Le trio est approché par l’équipe de l’émission Dans l’œil du dragon au début de l’année 2017. Suite à leur passage à l’émission au mois de mai, ils vendent 4000 brosses à dents en trois heures. « Avant, on se réunissait le soir pour gérer les commandes autour d’une bière. Mais à partir de ce moment-là, nous avons compris qu’il fallait penser l’entreprise différemment » affirme Simon-Pier Ouellet. Pour OLA Bamboo, le défi principal lié à une croissance fulgurante a été la gestion des inventaires : il fallait savoir faire face à une hausse rapide de la demande, puisque le chiffre d’affaires de l’entreprise a pratiquement quadruplé cette année-là. L’année 2018 leur a d’ailleurs permis de trouver un équilibre, notamment grâce à des séances de mentorat avec un expert en comptabilité rencontré par l’intermédiaire de la BDC. 

Grâce à des changements structurels, le trio a pu étendre sa gamme de produits biodégradables. À la brosse à dents se sont ajoutés des ustensiles, puis des pailles, ainsi que des tampons démaquillants. De l’hygiène dentaire à l’hygiène personnelle en passant par les articles de cuisine, OLA Bamboo fait de tout. « On se demande toujours comment améliorer tel ou tel objet du quotidien, comment offrir aux gens des moyens simples et économiques d’avoir un impact positif sur l’environnement » explique Vicky Jodry. « Notre objectif, c’est que les gens pensent immédiatement à nous lorsqu’ils veulent trouver des alternatives écologiques aux produits en plastique. »

Des entrepreneurs qui restent fidèles à leurs valeurs

En plus de se distinguer par le fait que tous ses produits sont conçus à l’aide de matériaux durables et qu’aucun emballage en plastique n’est utilisé pour la distribution, OLA Bamboo est également active dans la communauté. Pour chaque brosse à dents vendue, une partie du prix de vente est remise à l’organisme Compensation CO2, ce qui a permis de planter plus de 1000 arbres à Notre-Dame-des-Bois en seulement quelques mois. OLA Bamboo favorise aussi la réinsertion sociale et l’intégration de personnes en situation de handicaps légers dans le monde du travail. « C’est une façon pour nous de contribuer davantage à l’économie d’ici en offrant des occasions de se réaliser à ceux qui en ont besoin » indique Jean-Philippe Bergeron. Même chose du côté des fournisseurs, car si le bambou ne pousse pas au Canada, les autres matières nécessaires à la fabrication des produits proviennent du Québec et de l’Ontario autant que possible. 

Maintenant que l’entreprise est bien implantée au Québec, aussi bien en ligne qu’auprès de détaillants (Brunet, Jean Coutu, Metro et Uniprix), OLA Bamboo souhaite développer le marché canadien, tout en continuant à établir des partenariats avec des acteurs importants qui ont contribué à la naissance même de leurs produits, par exemple des cliniques dentaires. « C’est une belle façon de rejoindre le plus de monde possible » ajoute Vicky Jordy. « Les gens sont de plus en plus conscientisés aux enjeux environnementaux, et on veut vraiment leur donner la chance de participer à rendre eux-mêmes nos vies plus vertes et nos gestes plus durables, peu importe l’âge ou le milieu social. On peut tous faire notre part pour changer les choses. »

 

OLA Bamboo en chiffres

1000 : le nombre d’épinettes blanches plantées sur le Lot 4767073, Rang 3, dans le Canton de Chesham

500 : le nombre d’années durant lesquelles le plastique pollue après usage

17 000 : le nombre de brosses à dents vendues suite au passage à l’émission Dans l’œil du dragon en l’espace de quatre jours

 

Envie d’en savoir plus ?

Visitez le site Web de OLA Bamboo.