Histoires d'entrepreneurs · Vendredi 2 décembre 2016

GSOFT : entreprendre pour révolutionner le milieu du travail

L’histoire de Simon De Baene

GSOFT, l’entreprise créée par Simon De Baene et ses trois partenaires, s’efforce depuis 2006 de changer le visage du milieu du travail tout en concevant des logiciels qui répondent à de vrais besoins. Découvrez l’histoire d’un entrepreneur qui souhaite déboulonner des idées préconçues.

Simon De Baene était sur les bancs de l’École de technologie supérieure (ÉTS) lorsque son ami Guillaume Roy et lui ont décidé de refermer leurs livres pour devenir entrepreneurs. « Je m’ennuyais à l’université. C’était impensable que j’y reste pendant trois ans », explique-t-il.

À 20 ans, les deux étudiants en génie du logiciel ont senti qu’ils pouvaient élever l’industrie de la techno et le monde des start-ups. Ils ont remporté leur pari avec deux partenaires qui partageaient leur vision. GSOFT fait aujourd’hui travailler plus de 200 employés et met au point des produits technologiques comme Sharegate et Officevibe. Le premier permet aux administrateurs de la suite Office 365 de simplifier les processus au quotidien tandis que le deuxième vise à augmenter le bien-être et la productivité des employés.

Découvrez aussi : Crew et Unsplash : se connecter pour mieux créer

Apprendre de ses erreurs

La mise sur pied de Sharegate n’a pas été de tout repos pour les jeunes entrepreneurs, qui ont appris à la dure les rudiments de leur métier. Après avoir investi un an d’efforts dans le développement du produit et un million de dollars, ils se sont rendu compte que leur solution n’aurait pas les résultats escomptés. « Dans notre immaturité, on s’est laissé emporter dans un trip techno d’ingénieurs en oubliant qu’il est préférable de créer une chose simple, mais fonctionnelle », explique Simon De Baene. Lorsqu’il est revenu d’un voyage en Argentine, l’esprit aéré et dispos à prendre de grandes décisions, il a balancé le produit à la poubelle pour mieux reprendre le projet depuis le début. Aujourd’hui, Sharegate est utilisé par plus de 10 000 organisations dans une centaine de pays et le chiffre d’affaires de GSOFT double d’année en année.

Ne pas se laisser abattre et tirer des leçons de ses faux pas, c’est devenu un mantra pour Simon De Baene. « Il ne faut jamais lâcher! C’est ça, la magie de l’entrepreneuriat : quand tout semble perdu, on peut encore réussir », lance-t-il.

Mettre à profit ses employés

À ses débuts, GSOFT jouait un rôle de consultant Web et ses employés étaient dispersés chez les clients, laissant les bureaux de l’entreprise plutôt vides. « Ce n’était pas l’organisation que je voulais bâtir, explique Simon De Baene. Je voulais me positionner comme un employeur de choix. » En 2010, il a revu son modèle pour créer un milieu de travail privilégié pour ses employés. Pour lui, il ne fait aucun doute que la mise en place de programmes axés sur le bien-être au travail fait augmenter le degré d’engagement du personnel.

« Quand tu démarres une entreprise, tu mises sur la méthodologie, la technologie et les finances. C’est facile de tenir pour acquis les gens qui t'entourent. »

— Simon De Baene



Une rampe de planche à roulettes trône à GSOFT, un barista prépare des cafés pendant les heures de travail et, cette année, 185 membres de la famille s’envoleront pour les Bahamas pendant quatre jours pour le party de Noël. Simon De Baene veut jouer dans la cour des grands en démontrant qu’il est possible de faire les choses autrement et d’instaurer une culture entrepreneuriale qui satisfait davantage les milléniaux.

« Je veux faire souffler un vent de fraîcheur sur le monde du travail pour inspirer d’autres dirigeants à emprunter la même voie. Si GSOFT y parvenait, je serais l’homme le plus heureux du monde », conclut l’homme d’affaires.

GSOFT en chiffres

  • 210 : le nombre d’employés
  • 50 : le chiffre d’affaires en millions de dollars
  • 30 : l’âge de Simon De Baene
  • 54 000 : le nombre de pieds carrés qu’occupent les bureaux de GSOFT

Envie d’en savoir plus ?

Consultez le site Web de GSOFT
 


 

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER