Voir plus loin

SVX Québec: le financement, autrement, Voir plus loin

SVX Québec: le financement, autrement

Voir plus loin

En entrepreneuriat, la croissance est souvent synonyme de recherche de financement. L’eldorado du capital de risque ou du sociofinancement s’avère pourtant souvent difficile à atteindre, surtout dans le domaine de l’impact social. Certaines initiatives remédient à ce problème en facilitant la connexion des entrepreneurs à des investisseurs. C’est le cas de la plateforme pancanadienne SVX, qui s’adresse à des entrepreneurs qui développpent de l’innovation afin de tenter de répondre, à leur manière, à des enjeux socio-environnementaux.

SVX est une plateforme active depuis 2013 créée par le centre d’investissement d’impact du MaRS Center à Toronto. Commune à tout le marché canadien, cette initiative se décline en plusieurs centre d’activités. La division québécoise de SVX est née en 2018 d’un partenariat avec l’Esplanade, un espace collaboratif et incubateur pour entrepreneurs sociaux situé dans le Mile Ex. L’équipe montréalaise de SVX a ainsi pris en charge le développement des activités au Québec, l’approche des différents marchés en travaillant étroitement avec l’équipe de Toronto.

Concrètement, SVX est une plateforme de financement pour des entreprises d’innovation sociale et environnementale, aussi nommées « entreprises à impact ». Les entreprises auxquelles s’adresse SVX sont au stade d’amorçage ou de croissance. Les fonds proviennent d’­entreprises privées, de fonds d’investissement, du grand public et offre des placements en dettes ou en équité. L’organisme propose également une plateforme de sociofinancement, des fonds d’investissement d’impact et des obligations communautaires (des titres de dettes qui sont généralement pour des projets de type communautaire).

Pourquoi l’investissement d’impact ?

« Ce qui se passe dans le milieu de la finance, explique Alain-Olivier Desbois, directeur principal de SVX Québec, notamment avec les réseaux sociaux, c’est la démocratisation du financement, une tendance lourde mondialement ». Comme le souligne ce dernier, l’intérêt pour l’investissement d’impact est en partie attribuable au fait que les banques n’offrent pas nécessairement tous les outils recherchés par les investisseurs. En effet, l’attrait pour des investissements plus proches de la communauté et qui répondent à certaines valeurs est croissant, ce qui n’est pas typique de l’offre des institutions. « On entend de plus en plus des gens exprimer la volonté que leur épargne contribue à des projets qui répondent à leurs valeurs, leurs intérêts. Mais ce n’est malheureusement pas possible d’avoir accès à ces produits, que le marché financier ne développe pas, ou très peu». D’où l’éclosion d’un certain nombre de placements alternatifs. Un autre aspect concerne la conscience grandissante de la population aux enjeux socio-environnementaux. Les grandes entreprises ne répondant pas à ces problématiques et agissant plus souvent selon un dynamique axée sur le profit, le travail des jeunes entreprises à impact suscite un intêret réel.

« Je constate que les investisseurs veulent que leur argent permette de générer plus que des intérêts monétaires. »

Alain-Olivier Desbois

De telles structures de financement sont importantes pour les investisseurs, donc, mais aussi pour les entrepreneurs. Car comme le précise Alain-Olivier Desbois, la multiplication des sources de financement est un moteur de croissance économique pour le paysPourtant, l’accès au capital au Canada et au Québec est un enjeu réel. Dans les dernières années, malgré que de nombreux fonds d’investissement aient vu le jour, ce serait moins de 1% des entreprises de type start-up qui seraient financées. Que font donc toutes les autres? « De ce 99% qui n’accède pas à des capitaux de risque, il y a de très bonnes entreprises qui doivent aller chercher du capital par d’autres sources de financement ».

Qu’est-ce qui définit une entreprise à impact ?

Afin de déterminer l’admissibilité d’une entreprise, SVX fait appel aux critères de la certification BCorp. Les entreprises doivent donc se soumettre à la démarche de la certification B Lab, sans nécessairement se faire certifier, afin d’obtenir un score de 80 ou plus. Les entreprises peuvent également démontrer par elles-même les mesures entreprises pour soutenir leur ambition de transformation. « Il faut avoir un narratif d’impact, précise Alain-Olivier Desbois. Cela doit se traduire en des actions concrètes qui s’intègrent dans les modèle d’affaires. » 

Consultez aussi : Certification BCorp : entreprendre de façon responsable

Un accompagnement multi facettes

L’accompagnement de SVX s’échelonne tout au long du processus de financement. L’organisme soutient d’abord les entrepreneurs afin de s’assurer qu’ils soient prêts à recevoir du financement (ce qui, en anglais, est le concept de Investment readiness). Il faut ensuite les épauler pour la préparation des rondes de financement : le matériel, les présentations, le narratif, la stratégie de financement, et ce en faisant appel, si besoin est, à des partenaires.

Lorque les entrepreneurs sont prêts, l’équipe de SVX participe au diagnostic de l’entreprise, à l’élaboration de la documentation, pour la revue diligente, et soutient la préparation de l’information selon les requis des investisseurs. « Souvent, les entrepreneurs ne parlent pas le langage des investisseurs, soutient Alain-Olivier Desbois. Car ce n’est pas ce en quoi ils se spécialisent. Donc nous on s’assurent qu’ils comprennent, qu’ils soient prêts à lever les fonds et à attirer les bons investisseurs ».

Une fois que le diagnostic est fait, le projet est présenté au comité d’investissement, composé d’une quinzaines de personnes de l’industrie. Dans ce comité, se trouvent des représenatnts du capital de risque, du gouvernement et des capitaux privés. Ce comité joue un double rôle : valider la qualité des présentations et s’assurer de connaître les entreprises à faire connaitre dans leurs réseaux.

Reste ensuite aux entrepreneurs à choisir ceux à qui la campagne s’adressera, soit des investisseurs accrédités, des investisseurs éligibles ou au grand public.

Et une fois que le financement est accordé ? Il faut que les entrepreneurs apprennent à se reporter aux investisseurs. « Les entrepreneurs réalisent rapidement qu’une fois qu’ils ont levé du capital, il faut qu’ils entretiennent une relation avec les investisseurs. Une relation importante et qui peut être très fructueuse. »

SVX en chiffres :

20 : le nombre approximatif de campagnes actuellement en cours
2 : les entreprises québécoises proposées actuellement sur SVX, soit Nectar et Écotierra
2 : le nombre d’employés de SVX à Montréal
7 millions : de dollars mobilisés par la plateforme depuis un an

ENVIE D’EN SAVOIR PLUS?

Visitez le site Web de SVX

À l'agenda