Histoires d'entrepreneurs · Vendredi 17 février 2017

Hôtel Château Laurier Québec : l’hôtellerie de père en fille

L’histoire d’Aude Lafrance-Girard

Petite, Aude Lafrance-Girard aimait jouer dans les corridors de l’Hôtel Château Laurier Québec que dirigeait à l'époque son grand-père, Robert Girard. Plus tard, son père Alain prend la direction générale de l'établissement, et aujourd’hui, c’est aux côtés de ce dernier qu’elle tient les rênes de l’entreprise familiale. 

Incarner la troisième génération de directeurs de l’entreprise familiale procure un sentiment de fierté à cette jeune femme de 30 ans. « Certains employés m’ont vu grandir, alors je me sens vraiment chez moi ici, indique-t-elle. Je ressens un attachement profond et du respect pour ce lieu ainsi que pour les gens qui y travaillent. »

En tant que directrice générale, elle gère non seulement les 282 chambres de l’Hôtel Château Laurier Québec, mais aussi le George V service de banquets et traiteur et l’Hôtel Château Bellevue situé dans le Vieux-Québec. 

En cours depuis un an, la reprise de la PME familiale par Aude Lafrance-Girard est le fruit d’un processus de préparation entamé au cours des dernières d’années. C’est à l’âge de 17 ans qu’Aude a débuté sa carrière au sein de l’entreprise.

Cette expérience lui apporte un sentiment d’accomplissement et révèle chez elle un goût prononcé pour la gestion d’équipe. « C’était alors clair dans ma tête que je désirais prendre la relève de mon père et devenir entrepreneure. Je n’ai subi aucune pression de la part de la famille, ça a vraiment été un cheminement personnel. », explique-t-elle. 

Elle décroche un baccalauréat en administration des affaires à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, avec une spécialisation en gestion du tourisme et de l’hôtellerie dans le but de parfaire ses connaissances du milieu. Puis, elle passe environ deux ans dans un autre établissement hôtelier. « J’ai pu appliquer, dans une autre entreprise que celle de ma famille, les pratiques de gestion apprises pendant mes études. Et ça m’a permis de découvrir une autre vision de l’hôtellerie. 

« Mettre sur pied et réaliser des projets me passionne. En plus, le domaine de l’hôtellerie et de la restauration est vivant, toujours en changement. »

Une relève mûre et outillée 

En 2013, après sept ans dans la métropole, Aude appelle son père pour lui dire qu’elle se sent prête à revenir à Québec. Pour se familiariser avec l’ensemble des secteurs de l’entreprise et pour permettre aux employés de refaire connaissance avec elle, Aude occupe tour à tour les postes de coordonnatrice des banquets, de directrice de l’hébergement puis de directrice des opérations. 

Pour mieux réussir ce passage à la direction des opérations qui était, jusqu’à présent, assurée par sa tante, Aude s’inscrit en 2015 au programme Émergence de l’École d’Entrepreneurship de Beauce. « J’avais aussi en tête que le passage du flambeau entre mon père et moi pourrait se produire dans les cinq années à venir et je voulais m’y préparer », raconte-t-elle. Finalement, dès l’année suivante, la définition de la planification stratégique est l’occasion de constater qu’il est temps pour Aude d’assumer la direction générale.  Elle pourra toutefois continuer de compter sur le soutien de son père pour la conseiller car il demeure président jusqu’à sa retraite.

La présence de son mentor procure aussi un sentiment de continuité rassurant pour l’équipe. « C’est essentiel que l’équipe adhère au changement afin que les personnes qui ont entouré mon père et participé aux succès de l’entreprise soient également là avec moi », souligne Aude Lafrance-Girard. 

La transition est facilitée par la bonne entente du duo père-fille. Les deux entrepreneurs partagent des valeurs communes — le respect, le travail d’équipe et la passion — et un style identique de leadership, qui est résolument axé sur l’humain. « Nous ne demandons pas aux gens de nous suivre, nous ne nous plaçons pas devant eux, mais travaillons ensemble », précise-t-elle. 

Sous la direction d’Alain Girard, l’Hôtel Château Laurier Québec a vu le nombre de ses chambres être multiplié par sept, ainsi que la création du service de traiteur George V et l’acquisition de l’Hôtel Château Bellevue. Aude Lafrance-Girard partage cette vision expansionniste puisqu’elle aspire à faire croître à nouveau l’entreprise. « J’espère avoir l’occasion d’acheter un établissement supplémentaire à Québec ou ailleurs », dit-elle. 

Son avenir à la tête de l’Hôtel Château Laurier Québec passera aussi par les inévitables cycles de rénovation que connaissent tous les hôtels afin de rester au goût du jour. « Dans notre domaine, il faut toujours se renouveler et se tenir à l’affût des tendances », affirme-t-elle. Aude Lafrance-Girard compte également mettre en place un mode de gestion plus collaboratif. « Je préfère que les employés arrivent eux-mêmes avec une solution à un problème », précise-t-elle.

Consultez aussi : Régitex: tisser le succès un fil à la fois

Des projets qu’elle mènera peut-être avec un autre membre de la troisième génération de la famille. En effet, un de ses cousins pourrait choisir lui aussi de contribuer à l’écriture de nouvelles pages de l’histoire des Girard dans le domaine de l’hôtellerie. 

 

L’entreprise en chiffres

  • 120 : le nombre total d’employés 
  • 282 : le nombre de chambres à l’Hôtel Château Laurier Québec
  • 700 : le nombre d’événements faisant appel au George V service de traiteur et banquet

Envie d’en savoir plus? 

Visitez le site Web de l’Hôtel Château Laurier Québec, du service de traiteur George V : et du Château Bellevue 

je passe à l'action

À NE PAS MANQUER